Les batay coqs, un rendez-vous de passionnés

Les Batay kok, un rendez-vous de passionnés
© Laurent Figon | Les Batay kok, un rendez-vous de passionnés.

La super Coupe de La Réunion de batay coqs a eu lieu au rond de Deux-Canons à Sainte-Clotilde, dimanche 21 octobre. Un rendez-vous de passionnés et une véritable tradition réunionnaise.

LP / Laurent Figon Publié le

Le batay coq est une tradition réunionnaise qui se déroule souvent en toute discrétion. Mais ce dimanche 21 octobre, la super Coupe de La Réunion de batay coqs a eu lieu au rond de Deux-Canons à Sainte-Clotilde. Les meilleurs combattants à plumes de l’île se sont donnés rendez-vous pour en découdre.

Reportage de Laurent Figon et Jean-Claude Toihir :

 

Jusqu'à deux heures de combat

Dans le rond, chaque propriétaire encourage son champion. Les combats ont lieu entre deux coqs de même taille et de poids équivalent. Ils peuvent durer jusqu’à deux heures. Entre deux coups de pattes, les coqs sont rafraîchis par leur propriétaire. Lorsque l’un des deux coqs refuse le combat et s’en va, ou s'il est blessé, le combat s’arrête.

"J’ai coupé un peu sa queue, car elle était trop longue, explique Rowan, 21 ans et déjà propriétaire de coqs. C’est une passion, on y est tous les week-end". Ce dimanche, les combattants sont venus de Salazie, de Saint-Denis, Sainte-Suzanne, ou encore du Tampon.
 

Passion et pari 

Les combats durent jusqu’au petit matin sous les encouragements de passionnés. "Certains aiment le Grand Raid, d’autres le Barachois, nous c’est le batay coqs", sourit un passionné. "Nous ne voulons pas perdre cette tradition, il faut la faire perdurer", ajoute Yannis Sinaman, organisateur de la Super Coupe de batay kok de La Réunion.

Il y a la tradition, mais aussi l’argent. Les billets circulent discrètement. Les paris autorisés peuvent monter jusqu’à 1 500 euros en fonction des athlètes à deux pattes. A La Réunion, les combats de coqs se déroulent de juillet à février.