La baguette du Maïdo, au Patrimoine mondial immatériel de l’Unesco ?

baguette
© Photo Steve-Henry Peeters | La baguette bien de chez nous !

La baguette de tradition française du Maïdo, comme les autres, pourrait être classée au Patrimoine mondial immatériel de l’Unesco. A la Réunion, Laurent Encatassamy, boulanger des hauts de l'Ouest, célèbre dans toute l’île pour son pain savoureux et croustillant, milite en ce sens.

Steve-Henry Peeters
Publié le , mis à jour le

Encore devant son four, tôt ce mardi 25 septembre, Laurent Encatassamy, a commenté cette possibilité avec ferveur ! Ce jeune boulanger réunionnais, récent lauréat national de la meilleure baguette de Tradition Française, sait de quoi il parle.
 

Laurent Encatassamy prix de la meilleure baguette 2018
© Michelle Bertil (Réunion la 1ère)

 

A la baguette

Et si la baguette de tradition française était inscrite au Patrimoine mondial immatériel de l’humanité par l’Unesco ?
Ce mardi 25 septembre ou demain mercredi selon le déroulement des ateliers de la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française dont l’assemblée annuelle se tient actuellement à Paris depuis le 23 septembre, la CNBPF devrait demander officiellement le classement de la prestigieuse baguette à l’Unesco.
 

32 millions chaque jour

Si 1 million de baguettes sont vendues chaque jour à Paris par les quelques 1500 boulangeries de quartier, près de 32 millions de baguettes sont cuites en France quotidiennement.
C’est la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française (CNBPF) qui est à l’origine de cette initiative de faire classer ce savoir-faire, cher aux Français, au patrimoine immatériel de l’Unesco. Dominique Anract le président de la confédération espère que ce dossier sera sélectionné et soutenu par le ministère de la culture.
 

Soutien total de l'Élysée.

Je connais nos boulangers, ils ont vu que les Napolitains avaient réussi à classer leur pizza au patrimoine mondial de l'Unesco, donc ils se disent pourquoi pas la baguette, et ils ont raison ! 


C'est ce qu'avait lancé Emmanuel Macron en janvier dernier devant quelques maîtres boulangers présents à l'Élysée. 

La mairie de Paris, n’est pas en reste et semble envisager de soutenir le processus également.

Il ne manquerait plus que le béret, le camembert et la bouteille, ce serait alors l’équipement complet du bon Français qui serait ainsi à l’honneur.
J'en connais qui vont être content !