L’aventure de jeunes réunionnais au Panama pour les Journées Mondiales de la Jeunesse

L’aventure de jeunes réunionnais au Panama pour les Journées Mondiales de la Jeunesse
© La 1ere | L’aventure de jeunes réunionnais au Panama pour les Journées Mondiales de la Jeunesse.

Une trentaine de jeunes de l’aumônerie de l’université de Saint-Denis de La Réunion sont au Panama pour vivre les 34ème Journées Mondiales de la Jeunesse. Ils rencontreront le Pape François ce jeudi. Reportage.
 

Jean-Michel Mazerolle / LP Publié le

Près d’une trentaine de jeunes de l’aumônerie de l’université de Saint-Denis de La Réunion sont au Panama pour vivre les 34ème Journées Mondiales de la Jeunesse autour du Pape. Ils sont les rares jmjistes français à être des étudiants contrairement aux autres qui sont des travailleurs. Et pour cause : en ce mois de janvier, c’est l’heure des grandes vacances dans l’océan indien.
 

Des milliers de pèlerins et 193 nationalités

Mardi dernier, ils ont assisté à la cérémonie d’ouverture sur la promenade en bord de mer rebaptisée pour l’occasion Campo Santa Maria La Antigua en référence à la sainte patronne du Panama. C’est ici, sur cette promenade très prisée des habitants de la capitale que l’archevêque de Panama city a donné rendez-vous à la jeunesse catholique du monde pour l’ouverture officielle des 34èmes JMJ.

"On voit qu’il a des jeunes du monde entier et on se comprend, on partage. Je ne sais parler ni espagnol, ni anglais et pourtant on se comprend", remarque Norman Dain, qui fait parti des 24 étudiants réunionnais enchantés de vivre une telle expérience. Ce sont pas moins de 193 nationalités qui sont rassemblées parmi les milliers de pèlerins".

Regardez le reportage de France Ô / La1ère :
 

"Une grande union"

"Il y a une grande union, sourit Elisa Harel, JMJiste réunionnaise. Tous ces drapeaux et toutes ces cultures réunis pour le seigneur, c’est juste incroyable. Je sens aussi beaucoup de louanges. On a tous envie de chanter et danser pour le seigneur".
 
Membres de l’aumônerie de l’université de Saint-Denis, ces jmjistes réunionnais de 18 à 25 ans ont déboursés 1500 euros sur les 3000 que coûte le séjour pour un peu plus de quinze jours d’aventures religieuses. Une expérience qui va marquer leur vie.
 

Un déplacement compliqué

"Il est difficile de sortir d’une île aussi loin, de venir au Panama. Il faut énormément de moyen, c’est compliqué d’avoir les fonds nécessaires. Ça demande une énergie humaine considérable mais aujourd’hui c’est une très grande joie", explique Wilfried Gonthier, JMJiste réunionnais.
 
Accompagnés par leur aumônier universitaire, un religieux jésuite, les 24 réunionnais, comme tous les autres jeunes, attendent ici avec grande impatience un autre jésuite, Francois le Pape, qui s’apprête à les rejoindre avec la ferme intention de bousculer cette jeunesse catholique confrontée au quotidien à de nombreux défis.
 

Rencontre avec le Pape

"La vrai question est celle de l’accueil de l’autre, de l’accueil du frère. C’est ce qu’on essaie de vivre à la Réunion avec plus ou moins de facilité. C’est aussi ce que les jeunes vivent ici au Panama. Dans leur vie, on doit les aider à intégrer l’accueil du prochain", explique Sébastien Vaast, responsable de l’aumônerie Université Saint-Denis de La Réunion. 

C’est sur ce bord de mer que le pape s’adressera à tous les jeunes jmjistes ce jeudi soir avec sans doute beaucoup plus de monde encore qui voudront comme eux approcher et toucher le chef de l’Église catholique.