L'actu dans la région : cinq morts dans un crash aérien à Madagascar

Crash à Mada 18 juin 2018
© Capture d'écran Tribune-de-Madagascar

Cinq morts dans un crash à Mada. Les Seychelles dénoncent la prolifération des déchets plastiques. À Maurice, un bureau en charge du libre accès aux plages publiques. Aux Comores, le président sur la sellette ! Maldives, état d'urgence au nom de l'environnement ou coup politique ?

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Un instructeur et quatre élèves, pilotes, de la société Madagascar Trans Air décèdent dans le crash de leur bimoteur à d'Ampangabe-Ambohitrimanjaka, une zone d'entraînement située à l'Ouest de Tananarive. Le site madagascar-tribune.com souligne que les témoins de cette tragédie n'ont rien remarqué de particulier avant l'accident.
Une enquête a été ouverte afin d'en trouver les causes, cependant les investigations s'annoncent longues et difficiles, le petit avion n'était pas équipé de boite noire. Le bimoteur volait depuis 20 ans et avait été régulièrement entretenu, selon la compagnie propriétaire du PA-31Navajo.

Des plastiques sur les plages des Seychelles

Le président des Seychelles vient de choquer les présidents des pays, qui participaient au G7 au Québec au début du mois de juin 2018, en leur montrant des photos des déchets plastiques qui jonchent les plages de l'atoll d'Aldabra. Ce site exceptionnel, classé au patrimoine de l'Unesco, croule sous des tonnes de déchets et les Seychelles ne disposent pas des moyens financiers pour gérer le problème. Nettoyage, stockage, transport et recyclage !
Haïti, La Jamaïque, les îles Marshall et les Seychelles sont confrontés aux mêmes difficultés. Sans l'aide des pays du G7, ils ne peuvent éliminer cette pollution qui s'entasse un peu plus chaque jour. Un appel qui a semble-t-il été entendu espère Danny Faure, le président, nous signale seychellesnewagency.com.

Les plages publiques de Maurice entretenues et modernisées 

A Maurice, au mois d'avril 2018, la population avait manifesté son ras-le-bol de la privatisation des plages. La grogne devenant de plus en plus importante, les autorités de l'île soeur ont créé la "Beach Authority". Cette agence indépendante est chargée de préserver le libre accès aux plages publiques. Terminé les cadenas qui protègent un chemin pour accéder à un bungalow, fini les panneaux propriétés privées qui ne sont pas légitimes expliquait dans une interview à defimédia.info le responsable de cet organisme. La "Beach Authority" veille également à l'entretien des plages et à leur aménagement.
Les principaux lieux de baignade des mauriciens vont devenir des "sub-office". Peyrebère et Belle-Mare sont déjà opérationnels, suivront Telfair dans les prochains jours et un peu plus tard, Flic en Flac précise lemauricien.com.

Comores : le président Azali constesté

Assoumani Azali, président des Comores, est-il en passe de perdre le pouvoir ? La question est clairement posée par comores-info.net.
Le président souhaite organiser un référendum, le 29 juillet, 2018 prochain afin d'obtenir la révision constitutionnelle qui lui permettrait d'être à nouveau candidat à la présidence de la République des Comores en 2019.
Selon la constitution comorienne, le président est élu pour une durée de cinq. Un mandat qui n'est pas renouvelable comme l'explique Le Monde.
L'annonce, qui date du 28 avril 2018, a provoqué des manifestations de l'opposition, mais les événements viennent de s'accélérer. En fin de semaine dernière, le 1er vice-président Djaffar Said Hassane a démissionné. Si un second vice-président venait à démissionner le président Azali perdrait tout pouvoir et toute légitimité. 

Etats d'urgences climatique et politique aux Maldives

Les Maldives, s'inquiètent très sérieusement du réchauffement climatique et de la montée progressive des océans. L'archipel de l'océan Indien est constitué 1 192 îles dont le point le plus élevé est de 2,4 mètres. En 2004, le tsunami provoqué par les séismes au large de Sumatra avait eu des conséquences dramatiques aux Maldives avec la mort et la disparition d'une centaine de personnes nous rappelle le site ouest-france.com. En 2009, le président de la République a décrété l'état d'urgence absolue contre la montée des eaux. Un état d'urgence renforcé en février 2018 afin d'éliminer l'opposition précise le courrierinternational.com.