Dimitri Toupin le reconnaît : son camion représentait un danger. Le chauffeur du poids-lourd mis en cause dans l’accident affirme avoir alerté à plusieurs reprises son patron.

En novembre 2017, Dimitri était au volant de son camion lorsqu’il percute violemment un fourgon frigorifique sur le viaduc de Saint-Paul. Sept véhicules sont impliqués. Parmi eux, la Twingo d’Amandine est broyée par la violence du choc. La jeune étudiante en biologie décède et sa passagère est grièvement blessée.
 

Contrôle technique falsifié

Ce vendredi 7 septembre, le Journal de l’île révèle que le contrôle technique du poids-lourd avait été falsifié. "L’expertise du 38 tonnes à l’origine du drame révèle un système de freinage désastreux" selon le JIR qui décrit le poids-lourd comme "un tombeau roulant, une épave sans freins, au contrôle technique étrangement validé".
 

Un danger

Dimitri Toupin, le chauffeur du 38 tonnes, a découvert dans la presse ce matin que le contrôle technique du camion avait été falsifié. 
 

"C'est le patron qui s'occupait des contrôles, pas les chauffeurs. J’étais au volant, mais je ne suis pas le seul responsable dans cette affaire, affirme Dimitri qui explique avoir alerté à plusieurs reprises son patron sur le mauvais état de ce camion. Lui, il disait que le camion était conforme. Maintenant, c’est à lui d’assumer sa responsabilité. Nous, chauffeurs, on subit juste la pression. Je suis aussi une victime dans cette affaire".


Selon Dimitri, ce poids-lourd représentait bien un danger sur la route. Mais il affirme qu’il devait bien continuer à travailler pour ne pas perdre son emploi. "Mon patron me disait que si je ne conduisais pas ce camion, d’autres le feraient à ma place", raconte Dimitri.

Regardez ci-dessous le reportage de Nathalie Rougeau et Alix Catherine :

Ce contenu n'est pas compatible AMP.


"Mon client l’a dit dès le début de sa garde à vue. Il conduisait un camion dont le système de freinage était défectueux. Et aujourd’hui, ce rapport d’expertise le confirme", a déclaré sur Réunion La1ère Maître Alex Vardin, avocat du conducteur du camion.
 

Impossible à arrêter

Dimitri conduit des poids-lourd depuis six ans. Jusqu’à cet accident qui a bouleversé sa vie, jamais il n’avait eu de problème sur la route. Près d’un an après le drame, il se souvient de la violence de l’accident. "J’ai tout fait pour stopper le camion, j’ai même détaché ma ceinture de sécurité, j’étais debout, les deux pieds sur la pédale de frein, mais il n’y avait rien à faire", poursuit-il.

Âgé de 31 ans, Dimitri a aujourd’hui retrouvé un emploi dans une autre entreprise de transport.