40 ans de carrière pour le groupe Ziskakan

Sakifo 2012 : Ziskakan
© Sakifo records

Le groupe emblématique réunionnais, Ziskakan fête ses 40 ans de carrière. C’est au Teat plein air de Saint-Gilles que le groupe reprendra ses plus grands titres, accompagné d’un orchestre symphonique, les 12 et 13 avril.
 

LH Publié le , mis à jour le

Comme un Maloya aux sonorités rock, mais aussi indiennes, et aux textes engagés, la musique de Ziskakan prendra une autre dimension les 12 et 13 avril prochains, à l’occasion de ce 40ème anniversaire.

C’est en effet accompagné de l’EMA Orchestra, l’orchestre de l’Ecole des Musiques Actuelles, que Gilbert Pounia et ses musiciens joueront les titres emblématiques qui ont marqué leurs 40 ans de carrière. Une version inédite, fruit de la collaboration avec le chef d’orchestre et arrangeur Willy Roamboatinarisoa.
 

La forme change mais pas le fond

Une nouvelle approche pour des chansons dont le message n’a lui pas changé. Bato Fou, La Sours, Kala, 4 ti Mo sont des chansons cultes de Ziskakan et aux messages intacts. 40 ans après ses débuts, le groupe veut porter, aujourd’hui encore, les mêmes valeurs, celles de la défense de la culture créole réunionnaise.

Une défense qui passe par la révolte et la défiance envers ce qu’ils qualifient " d’oppression culturelle " notamment. Le contexte est celui des années 70 et d’une jeunesse qui veut dénoncer des politiques, qu’elle estime néfastes, imposées par Paris. Des politiques comme le BUMIDOM, le groupe y consacrera par exemple une chanson en 1980.
 

Engagement toujours présent

D’abord en 1977, il y eut l’association de chercheurs, d’historiens, de poètes et de musiciens, autour d’une réflexion sur la valorisation de la culture réunionnaise. C’est deux ans plus tard, en 1979, que naît l’envie de mettre en musique les idées, et avec le groupe Ziskakan.

Le premier double album "Péi Bato Fou", et sa chanson du même nom, et dont le texte de l’écrivain réunionnais Axel Gauvin, marque alors cette volonté de mettre en avant la culture créole à travers sa langue et la diversité de sa musique. La chanson figure parmi les plus connues des réunionnais.
 

Mais Ziskakan, c’est aussi des textes hommage comme la chanson Rico, écrite par Bernard Payet. "Rico" pour Rico Carpaye, un jeune Portois de 17 ans mort lors d’une manifestation politique après des élections législatives en mars 1978. Un évènement encore d’actualité pour Gilbert Pounia et son groupe qui ont décidé en 2016 d’intitulé leur album "Romans pou Rico" et d’y reprendre la chanson sortie en 1978.  
 
 

Porter et exporter

Tout au long de ses 40 ans de carrière, le groupe, dont le leader Gilbert Pounia est éducateur de formation, a défendu les sonorités et traditions de La Réunion, sa diversité, sans en taire les maux.

Les membres de Ziskakan font partie d’une génération d’artistes qui a porté la culture créole à travers le monde, s’exportant tantôt en Afrique, tantôt en Inde ou encore au Québec, notamment.
 


Retrouver Ziskakan en live sur notre page Facebook dès 18h15. Les membres du groupe sont les invités de Culture 1ère, présentée par Jean-Paul Melade. L’émission est à écouter jeudi 11 avril sur les ondes de Réunion la 1ère Radio.