Assises : Cédric Marimoutou condamné à 6 ans de prison pour coups mortels

Cour d'Assises de St-Denis
© Réunion 1ère

Cédric Marimoutou a été condamné à 6 de prison. Ce Saint-Louisien âgé de 30 ans était jugé pour coups mortels ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. Le 16 Novembre 2013, en début de soirée, il avait frappé et tué Alexandre Fourez en lui assénant deux coups de poings.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

L’affaire jugée depuis mercredi matin par la cour d’assises de La Réunion est d’une triste banalité.
Nous sommes le samedi 16 Novembre 2013 en milieu de soirée. Comme souvent, les clients du bar « Chez Valère » à Saint-Louis ont bu plus que de raison.
Cédric Marimoutou, 30 ans, vient d’arriver en compagnie d’un ami. Les deux hommes sont déjà passablement ivres. En se dirigeant vers le comptoir pour commander de nouvelles boissons, l’accusé bouscule la future victime et lui marche sur les pieds. Il s’excuse, mais Alexandre Fourez ne l’entend pas de cette oreille et veut en découdre. La scène dure à peine quelques secondes. Cédric Marimoutou a donné deux coups de poings. Fourrez est ko debout, puis s’effondre. Trente minutes après son admission aux urgences de l’hôpital de Saint-Pierre, les médecins constatent son décès.
 
L’accusé a alerté les secours
 
La tête d’Alexandre Fourrez a-t-elle heurté un meuble, un angle de mur dans sa chute ou est-il décédé des suites des deux coups de poings que lui a donné l’accusé ?
Cette question était au cœur de ce procès.
L’accusé, un bel homme selon son entourage, n’avait pas spécialement mauvaise réputation dans le quartier.
Après avoir porté les coups, Cédric Marimoutou donne l’alerte et reste au chevet de sa victime, attendant qu’Alexandre Fourez soit pris en charge par les secours.
Les sapeurs-pompiers sur place, il quitte les lieux du drame. Il sera interpellé à son domicile le lendemain matin par les gendarmes.  
 
Il encourait 15 ans de réclusion criminelle
 
Alexandre Fourez n’était pas, non plus, spécialement connu des forces de l’ordre ou de la justice. A jeûn, c’était quelqu’un de réservé et d’agréable selon les témoins.
Encore une fois, ce triste fait divers a pris naissance dans l’alcool et le zamal.
L’accusé, comme la victime avait bu et fumé. Les dépistages effectués à la demande de la justice se sont révélés positifs.
 
Cédric Marimoutou était jugé pour coups mortels ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. Il encourait 15 ans de réclusion criminelle. Il a été condamné à 6 ans de prison.