Saint-André : un mineur, séquestré, frappé. Ces agresseurs en garde à vue

Commissariat de Saint-André
© Réunion la 1ère

Deux Saint-Andréens, l’un de 37 ans, le second de 23 ans ont été placés en garde à vue pour l’agression et la séquestration d’un mineur. Les faits remontent au 19 Septembre 2015.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Deux hommes ont été interpellés sans ménagement, ce mercredi 28 Octobre 2015 à 6 heures du matin, par le GIPN.
L’affaire remonte au 19 Septembre 2015 en fin de journée, la victime et deux « dalons » passent sous les fenêtres du futur agresseur. Sans raison, les trois jeunes invectivent la compagne du gardé à vue en des termes « grossiers ».
Furieux, l’homme âgé de 37 ans avec un ami de 22 ans prend en chasse les malotrus. Si deux parviennent à prendre la fuite, le troisième chute et devient la cible des poursuivants.
Ramené manu-militari dans l’appartement du trentenaire, il se retrouve assis sur une chaise, roué de coup et tenu en joue avec un fusil.
 
« Un fusil sous le menton »
 
Finalement libéré grâce aux supplications de la compagne de son tortionnaire après 2 heures de mauvais traitements. L'ado décide de porter plainte deux jours plus tard, au commissariat de Saint-André.
Les auteurs de cette agression sauvage, pas franchement intimidé par cette démarche judiciaire, se sont rendus au domicile de l’adolescent pour l’inviter à se rétracter sous peine…
Cette ultime démarche est à l’origine de l’accélération de la procédure. Afin d’éviter toute rébellion, les deux suspects, dont le plus âgé a déjà un casier judiciaire chargé, ont été arrêté par le GIPN (Groupement d’intervention de la Police Nationale).
 
Les deux saint-andréens sont depuis en garde à vue. Ils devraient être déférés dans la journée devant un juge d’instruction. Si le plus jeune, des deux délinquants, pourrait être remis en liberté sous contrôle judiciaire, le principal auteur des violences devrait lui être placé en détention provisoire. Outre les faits du 19 Septembre au soir, son lourd passé judiciaire (Braquage, séquestration, tentative d’homicide) devrait lui valoir un retour derrière les barreaux de Domenjod.