Le point sur la grogne des boulangers contre l'octroi de mer

20150722 Boulanger
© Reunion1ere

La Région confirme sa décision de taxer à 6,5% les farines importées. Une décision injuste selon certains boulangers qui ont manifesté ce mardi.

Emmanuelle Haggai
Publié le , mis à jour le

  • Pourquoi les boulangers sont-ils mécontents ?
Depuis le 1er juillet, la farine importée est soumise à un octroi de mer de 6,5%. Un surcoût que les boulangers estiment injuste et qu’ils menacent de répercuter sur les prix du pain et des viennoiseries.
« Nous sommes des producteurs locaux, pourquoi est-ce que l'on protège les producteurs de farine locale mais pas nous? »
Les artisans se demandent aussi pourquoi les pains surgelés vendus en grande distribution ou dans les stations-services ne sont pas taxés eux aussi… 

  • Quelle est la réponse de la Région ?
L’objectif est de protéger la production locale contre la concurrence des produits importés. La farine utilisée par les artisans de la Réunion provient à 80% de la Cogedal, seul fabriquant local de farine. Le reste est importé de métropole et de l’île Maurice. « Il faut éviter que la farine étrangère prenne trop de place », explique le vice président de la Région David Lorion.
Les farines spéciales, type bio ou label rouge, échappent à la taxation, puisqu’elles ne sont pas produites localement.

  • Quelles conséquences pour le consommateur ?
En principe, le pain fabriqué avec de la farine locale ne va pas augmenter.
Pour les 20% restants, la répercussion ne devrait être que de 1 centime d’euro selon David Lorion.
Mais c’est la qualité du pain qui pourrait baisser.