Gel à La Réunion : une catastrophe naturelle estimée à 500 000 Euros par la CGPER

Gel de légumes
© Réunion 1ère

Les températures négatives sur les hauts de l’île sont à l’origine du gel des cultures. Les pertes sont déjà estimées à 500 000 Euros par la CGPER. Le syndicat agricole demande que l’état de catastrophe naturelle soit décrété pour accélérer les aides.

Réunion 1ère Publié le , mis à jour le

Quand, les premiers clichés du givre ont circulé sur la toile, les agriculteurs des hauts faisaient grises mises. Une semaine plus tard, le constat est là, les cultures et les pâturages ont souffert de l’épisode très froid de ce début Juillet 2015.
Aujourd’hui, plants de courgettes, de tomates, de salades ou de pommes de terre sont cuits. Dans le meilleur des cas, les agriculteurs pourront replanter en Septembre avec des revenus espérés en Novembre.
La CGPER (Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion) est montée au créneau. Jean-Yves Minatchy, son président demande au micro de Jacques Payet et Laurent Josse que : «  cette région qui a été touchée par le givre soit placée en zone de catastrophe naturelle. On déplore près de 500 000 Euros de perte au niveau des légumes et au niveau de l’élevage, les paysans n’ont plus d’herbe pour nourrir leurs cheptels ».