La Fournaise sert de modèle pour protéger les populations vivant sous un volcan

nuage
© OVPF

Le piton de La Fournaise a servi de base pour créer un programme informatique afin de protéger les populations lors d'une éruption. Cet outil va permettre de prévoir le déplacement des panaches éruptifs de gaz et de cendre.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Tous les volcans de la planète représentent un danger pour les populations qui vivent à proximité. Le piton de La Fournaise, l’un des plus actifs du monde (une éruption tous les 8 mois en moyenne) n’échappe pas à cette règle, même s’il semble bien sage.
A La Réunion, comme ailleurs sur terre, les scientifiques planchent sur les risques liés aux éruptions. Outre les coulées de lave, les explosions, les volcanologues étudient le déplacement des panaches lors des crises éruptives.
 
Un nuage mortel

Ces nuages anodins transportent des gaz toxiques et potentiellement mortels. Quand l’éruption est mineure la quantité de gaz ne représente pas de danger, en revanche, quand celle-ci prend de l’ampleur le danger devient réel.
Pour trouver une parade face à cette menace, des chercheurs du laboratoire d’aérologie, du laboratoire de l’atmosphère et des cyclones de l’université de La Réunion et de l’observatoire volcanologique du Piton de La Fournaise ont planché sur un modèle informatique permettant de prévoir le déplacement de ces nuages.
 
Des résultats prometteurs
 
Le résultat va au-delà de leurs espérances. La simulation réalisée sur la base de l’éruption de Janvier 2010 est semblable aux observations relevées sur le terrain.
C’est une première, elle pourrait permettre d’élaborer un programme, rapide d’utilisation, peu coûteux et facile d’utilisation. Si les prochaines évaluations sont concluantes avec les données d’autres volcans, les volcanologues seront alors en mesure de protéger les milliers d’humains vivant au pied des volcans. 

Nuage volcan
© OVPF