Continuité territoriale : George Pau-Langevin dit non à Didier Robert

Robert Pau Langevin
Les sourires de George Pau-Langevin et Didier Robert étaient bien forcés ce 26 février 2015 à Paris

La ministre des Outre-mer a reçu le président de Région hier à Paris. Didier Robert lui a notamment demander de participer au dispositif de continuité territoriale pour les Réunionnais souhaitant revenir à La Réunion. La ministre a répondu non aujourd'hui par voie de communiqué.

Réunion 1ère Publié le , mis à jour le

"Le Gouvernement n’entend pas compléter ces mesures propres à la collectivité contrairement à la demande formulée." La phrase est brève mais ne souffre pas d'absence de clarté. Hier, à Paris, lors d'une entrevue avec la Ministre, Didier Robert avait proposé "que l’État assume au moins la prise en charge des déplacements de la Métropole vers La Réunion pour les Réunionnais installés dans l'hexagone et ce, sur la même base que ce qui est accordé aux fonctionnaires". Quelques heures de réflexion plus tard, la réponse est tombée.

George Pau-Langevin en profite pour rappeler "au Président de la Région Réunion son souhait de voir le financement de la mobilité des Réunionnais en formation professionnelle régularisée au plus vite, pour la partie due par le Conseil régional, en raison du niveau de la dette cumulée (près de 2 millions d’euros)". 

La hache de guerre entre le président de région et la ministre semble loin d'être enterrée.


Voici le communiqué du ministère en intégralité:
"Rétablir des vérités":
"Jeudi 26 février, George PAU-LANGEVIN, Ministre des Outre-Mer, s’est entretenue avec Didier ROBERT, Sénateur et Président du Conseil régional de La Réunion, sur, d’une part, le dispositif d’aide à la continuité territoriale et, d’autre part, sur la question du logement social.
S’agissant de l’aide à la continuité territoriale, la Ministre a rappelé le souhait de l’Etat de recentrer prioritairement ce dispositif vers les publics étudiants ou en formation professionnelle. La Ministre a souligné que, pour ces derniers, l’effort budgétaire du Gouvernement est en augmentation de plus de 2 millions d’euros.

Contrairement aux commentaires de Monsieur ROBERT, le Gouvernement soutient avec détermination le principe de la mobilité des Réunionnais notamment, les plus démunis. Depuis le 14 février dernier, le nouveau dispositif géré par LADOM est opérationnel. Pour sa part, la Région Réunion a fait le choix de financer un dispositif de continuité très large qui repose sur des critères et des orientations budgétaires assumés. Le Gouvernement n’entend pas compléter ces mesures propres à la collectivité contrairement à la demande formulée.

Par ailleurs, la Ministre a rappelé au Président de la Région Réunion son souhait de voir le financement de la mobilité des Réunionnais en formation professionnelle régularisée au plus vite, pour la partie due par le Conseil régional, en raison du niveau de la dette cumulée (près de 2 millions d’euros).

Sur le logement social, la Ministre a rappelé l’effort budgétaire conséquent dans ce domaine : LBU sanctuarisée, défiscalisation en faveur du logement social préservée et modernisée, défiscalisation en faveur du logement intermédiaire augmentée, Plan logement bientôt signé, opérations ANRU II validées et bientôt lancées.

Le Gouvernement a toujours respecté ses engagements pour apporter des solutions concrètes aux difficultés des Réunionnais en matière de logement et pour soutenir le secteur du BTP. Le Gouvernement appelle de ses voeux un engagement plus marqué des collectivités territoriales, et notamment de la Région Réunion, qui, récemment, n’a pas souhaité reconduire son intervention budgétaire dans le fonds FRAFU destiné notamment à l’acquisition et l’aménagement foncier.

Le communiqué de la Région

"Didier ROBERT a plaidé pour une continuité territoriale en faveur des Réunionnais et pour plus de moyens pour le logement social à La Réunion

Le Président de la Région Didier ROBERT a rencontré ce jeudi 26 février, la Ministre des Outre Mer Georges Pau Langevin à Paris. Le Président a tenu a évoquer deux sujets importants pour les Réunionnais, les familles et les acteurs économiques locaux : le premier sujet relatif au dispositif de Continuité territoriale, le deuxième sujet relatif au logement et plus spécifiquement au logement social.

Concernant la Continuité Territoriale : le Président de Région a, de nouveau plaidé pour un dispositif ouvert au plus grand nombre de Réunionnais comme celui qui avait été mis en place en partenariat avec l’État en 2010 et qui a été rouvert le 16 février dernier par la Région. Plus de 380 000 bons de continuité ont été émis grace à ce dispositif mis à mal en octobre 2014 par le Gouvernement. Un succés qui démontre que la mesure correspond incontestablement a un vrai besoin de déplacement des Réunionnais a insisté Didier ROBERT qui défend le principe de la continuité territoriale comme un droit et une mesure de justice pour tous les Réunionnais, Français à part entière. Le Président de la Région regrette que la Ministre n'ait pas souhaité accompagner les Réunionnais pour les déplacements dans le sens Réunion / Métropole en mutualisant les moyens Etat Region .

Dans ce contexte, Didier Robert a interpellé la Ministre pour que l’État assume au moins la prise en charge des déplacements de la Métropole vers La Réunion pour les Réunionnais installés dans l'hexagone et ce, sur la même base que ce qui est accordé aux fonctionnaires.

Deuxième sujet abordé par le Président : le logement. Le Président a d'abord souligné la faiblesse des moyens mobilisés par l’État pour la construction du logement social. Les budgets consacrés par l’État sur la LBU ne sont pas à la hauteur des besoins avec une diminution de 10 millions de la part de l’État qui pénalise fortement les familles et les acteurs du BTP. Par ailleurs, les mécanismes de défiscalisation sont insuffisamment efficaces à ce stade.
Didier ROBERT a rappelé la participation très importante de la Région à ce jour sur le FRAFU à hauteur de 22 millions d'euros pour la seule part régionale.
Dans le même temps, le président de Région a plaidé pour une meilleure prise en compte des Réunionnais qui vivent aujourd'hui dans des logements insalubres.
La Région apportera un effort particulier sur ce sujet à hauteur de 16 millions d'euros pour la réhabilitation des logements sociaux anciens.

En conclusion le Président a fortement insisté sur le contexte généralisé et grandissant de désengagement de l’État, particulièrement pénalisant pour les outre-mer eu égard à leur situation économique et sociale. A ce titre, la mandature 2010-2015 de la Région s'est montrée résolument offensive mais aussi constructive. C'est en toute responsabilité et avec le souci constant de défendre les intérêts de la population réunionnaise que Didier ROBERT inscrit et impulse les axes de la politique régionale depuis 2010".