La Région Réunion financera seule la continuité territoriale

Didier Robert
© Réunion 1ère

Les élections régionales approchent et, avec la proximité de cette échéance, les tensions montent entre le président de cette assemblée et le gouvernement. Didier Robert, vient d’annoncer que la région financerait seule la continuité soit, 24 millions d’Euros.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

La continuité territoriale est le thème central de la campagne de Didier Robert en vue des élections régionales. Ce dispositif mis en place pour la première fois en 2005 par Paul Vergès, alors président de la Région, a été relancé et élargi par son successeur, Didier Robert.
L’an dernier cette aide destinée aux réunionnais désireux de se rendre en métropole a coûté 23,5 millions d’Euros.
Toute personne, appartenant à une famille dont le quotient familial se situe entre 6000 et 26 000 Euros par an, était éligible à une aide de 360 Euros par an pour son billet d’avion.
Ce billet pouvait être un aller simple ou un aller-retour…

450 Euros pour les plus modestes et 300 pour les classes moyennes
 
En 2015, les règles ont été un peu modifiées. Les familles les plus modestes voient le montant augmenter. La région versera désormais 450 Euros par billet. En revanche, les classes moyennes voient l’enveloppe diminuer. Elle sera désormais de 300 Euros contre 360 l’an dernier. Une somme importante quand l’on sait qu’il n’est pas nécessaire de se justifier sur les raisons de son voyage. Affaire, agrément ou chercheur d’emploi sont logés à la même enseigne.
 
Les magistrats de la chambre régionale des comptes avaient épinglé la région sur cette question. Ils s’étaient interrogés sur la mise en œuvre du dispositif dont une partie de l’argent revenait immanquablement dans les caisses d’Air Austral, compagnie aérienne financée par la l’assemblée régionale…
 
Région et gouvernement s’opposent
 
George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, est en conflit ouvert sur cette question avec Didier Robert. Le gouvernement souhaite maintenir l’aide à la continuité territoriale, mais une fois tous les trois ans, contre une fois par an, aujourd’hui. Un changement de fusil d’épaule dont le président-candidat ne veut pas entendre parler.
 
Pour financer son dispositif très « populaire », qui grève de manière importante le budget de son assemblée, Didier Robert a tenté de récupérer des fonds. Il voulait, dans un premier temps, faire payer des loyers aux fonctionnaires domiciliés dans les lycées de l’île, avant de lorgner en direction des 10 millions d’Euros destinés au régiment du service militaire adapté. RSMA, par lequel passe des centaines de jeunes réunionnais en échec scolaire et qui suivent là une formation qualifiante.
 
L’Europe à la rescousse ?
 
Ces deux démarches se sont soldées par des échecs. Désormais, le patron de la pyramide inversée sollicite l’Europe. Il espère obtenir une aide financière de la commission européenne au nom de la : « nécessaire réduction du déficit d’accessibilité » d’une région ultrapériphérique européenne. Un argument qui semble séduisant, mais cette même commission risque d’être refroidie par la réglementation sur la libre concurrence entre des sociétés « privées ». Une libre concurrence qui pourrait être contestée, s’il est prouvé que ces bons régionaux financent illégalement la compagnie aérienne créée par une assemblée régionale auteur des remboursements...