L’atelier du pâtissier-chocolatier Coco-Cannelle à Sainte-Marie détruit par les flammes

Coco-Cannelle
© Réunion 1ère

L’atelier de Coco-Cannelle, installé à Sainte-Marie, a été la proie des flammes ce 1er Janvier 2015 vers 18 heures. Les sapeurs-pompiers ont lutté pendant trois heures pour éviter la propagation du sinistre aux autres ateliers de la zone industrielle.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Les 15 salariés de Coco-Cannelle et leur patron ont assisté impuissant à l’incendie de leur atelier de fabrication de pâtisseries et de chocolats. Le feu a ravagé le local de 500 m2 installé au cœur de la zone d’activité de La Mare.
Les autres patrons des locaux de l’ilôt N°9 étaient présents. Pendant plusieurs heures, les flammes ont menacé de s’étendre aux locaux mitoyens. Les soldats du feu étaient limités dans leur intervention par la pose sur les toits de panneaux solaires. Ces installations ont alourdi la structure qui menaçait de s’effondrer à tout moment.
 
Une enquête de gendarmerie
 
De 18 heures, heure de l’alerte, à 21 heures, les sapeurs-pompiers du Nord se sont attachés à refroidir le toit du bâtiment. Au fil du temps ce travail a payé. Le feu a perdu en intensité permettant une action directe sur les foyers.
Désormais, l’atelier Coco-Cannelle est entre les mains des experts incendies de la gendarmerie, puis des assurances. Le but des premiers déterminer l’origine du sinistre, l’objectif de seconds, chiffrer le montant des dégâts.
 
Un avenir incertain
 
L’atelier du ferronnier installé juste à côté ne devrait pas être exploitable avant plusieurs semaines. Ce local a été soumis aux fortes chaleurs des flammes. Il va falloir vérifier que les charpentes métalliques du bâtiment n’ont pas été touchées par l’incendie de la pâtisserie avant d’envisager une reprise de l’activité. Si malheureusement, c’est le cas, alors d’importants travaux seront nécessaires avant une reprise de l’activité.
Un adjoint au maire de Sainte-Marie était présent Jeudi. Abattu, comme tous les témoins, il s’inquiétait pour l’avenir de ces entreprises qui venaient de s’installer à La Mare.