La délinquance marquée par les violences faites aux femmes et les 17 piétons tués

femmes battues
© D.R

Les premiers chiffres du bilan annuel de la délinquance sont encourageants. Les atteintes aux personnes et aux biens sont éloignés des statistiques métropolitaines. Les points noirs restent la mortalité des piétons et le nombre de femmes battues.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

La délinquance à La Réunion stagne. Selon les derniers relevés de l’observatoire départemental de ce fléau, en 2014, les atteintes aux biens et aux personnes sont : « de 13 faits pour 1000 habitants, contre 25 faits pour 1000 habitants en métropole », explique Dominique Sorain, préfet de La Réunion. 

Faut-il se satisfaire de ce constat ?

Oui, selon le représentant de l’Etat qui poursuit sa démonstration en soulignant que : « même les mineurs font des efforts puisqu’ils sont impliqués dans 18% des faits contre 20% en métropole ». Un écart de 2% qui est, selon le point de vue, encourageant ou inquiétant. Notre département doit se réjouir, il se place au-delà de la 60ème place sur le plan national. Par ailleurs, selon un rapport ce sentiment d’insécurité serait accentué dans l’île par une radio qui fait ses choux gras du moindre fait-divers. Un média qui livre son antenne à l’indignation de ses auditeurs.
 
120 000 euros pour aider les femmes battues
 
Les points noirs des derniers chiffres confirment que les violences faîtes aux femmes restent très élevées à La Réunion. 1 500 plaintes de femmes battues ont été enregistrées en 2014, soit 169 de plus qu’en 2013 et l’année n’est pas terminée. Eric Tuffery, procureur de la République, souligne le courage des plaignantes : « il faut convaincre les victimes de violences intrafamiliales de franchir le pas en se rendant dans les commissariats pour porter plainte ». Un appel qui prend du relief à quelques jours de la journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes. Un sujet sensible sur lequel le conseil général se veut en pointe. Isabelle Poudroux, représentante de Nassimah Dindar, s’est attardée sur les sommes engagées pour venir en aide aux victimes.
30 000 euros en frais de taxi et 90 000 euros pour l’hébergement de 191 familles. 120 000 Euros, une somme dérisoire comparé aux budgets engagés par la collectivité dans de nombreux autres domaines, souvent moins vitaux.
 
10% des conducteurs alcoolisés
 
L’alcool est généralement au cœur des violences intrafamiliales. Ce constat vaut également pour les délits routiers et les accidents mortels. 17 piétons ont trouvé la mort sur les routes de La Réunion depuis le début de l’année. Trop souvent, pour ne pas dire, tout le temps, les victimes avaient bu.
Ce phénomène, Dominique Sorain, préfet de La Réunion, en a conscience, il reflète les maux de cette société : « Derrière ce phénomène, il y a souvent des problèmes sociaux ». Ce constat n’excuse pas tous les comportements déviants, ni l’augmentation constante du nombre de conducteurs contrôlés avec un taux d’alcool supérieur aux normes autorisés : « Récemment à Saint-Gilles, lors d’un contrôle de la gendarmerie, 10% des conducteurs dépistés étaient sous l'emprise d'alcool »…

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête