Justice : la fonctionnaire vendait les agréments aux ambulanciers

Façade Tribunal de Champ-Fleuri
© Antoine Garnier (Réunion la 1ère)

Le tribunal correctionnel de Saint-Denis étudiait, ce mardi, une affaire de corruption impliquant une fonctionnaire de la préfecture et des ambulanciers. La décision sera connue le 16 Décembre prochain

Fabrice Floch Publié le , mis à jour le

La décision a été mise en délibéré au 16 Décembre 2014, prochain.
 
La prévenue principale de ce dossier vit désormais en métropole. Retraitée depuis 2008, elle a quitté La Réunion et était représentée par son avocat. Sa présence à la barre aurait pourtant modifié le regard que nous portons sur les fonctionnaires peu scrupuleux, voir malhonnêtes.
Âgée d’une soixantaine d’années, des petites lunettes métalliques sur le nez, une démarche hésitante et un léger embonpoint assumé, Lydie Jeanson ressemble d’avantage aux dames de la paroisse, qu’à un prévenu suspecté d’avoir perçu 2 millions d’Euros de pots de vin.
 
Les agréments revendus de 120 à 180 000 Euros
 
Comparaissaient à ses côtés les bénéficiaires du trafic. Parmi les corrupteurs, les époux Mardia, ambulanciers de Mare-à-Citron à Salazie. Non content de faire grossir son parc de véhicules, l'homme revendait les agréments. Il les achetait entre 4 et 8000 Euros pour les revendre entre 120 et 180 000 Euros. Une culbute non négligeable qui aboutira à la perte des corrupteurs et de la corrompue. Au fil des ans, les ambulanciers témoins de l’augmentation sensible du nombre de véhicules chez leurs concurrents se sont interrogés sur la provenance des autorisations et ont fini par porter plainte.
 
50 ambulances en trop
 
L’enquête de gendarmerie a durée de nombreux mois. La fonctionnaire et ses complices étaient d’une extrême prudence. En garde à vue, les enquêteurs ont établi que plus de cinquante d’agréments avaient été généreusement distribués par la préfecture, soit 50 véhicules en trop par rapport à l’équilibre du marché. Une concurrence déloyale, heureusement amortie par la démographie réunionnaise qui n’a pas cessé d’augmenter pendant cette période, évitant un trop grand manque à gagner pour les victimes de cette vaste escroquerie. 

En images avec Jean-régis Ramssamy et Christian Krans
En Interview

  • Me Lynda Lee Mow Sin, avocat ambulances Begue
  • Me Bernard VonON PineINE, avocat ambulances Begue
  • Me Ingrid Tailé-Manikon, Avocat Mme Jeanson


Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête