Petite-Ile : trois suspects en garde à vue pour le saucissonnage d’une grand-mère

20141022 Gramoun
© Reunion1ere

Les agresseurs présumés de Julie-Antonia Gracienne sont en garde à vue. Les deux voleurs et leur chauffeur sont entendus depuis ce mercredi matin par les gendarmes. Ils auraient agressé, chez elle à Petite-Ile, une femme de 91 ans pour la cambrioler.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Les gendarmes de la brigade des recherches de Saint-Pierre sont mobilisés pour résoudre au plus vite l’enquête sur l’agression de Julie-Antonia Gracienne. Cette femme de 91  ans a été saucissonnée dans sa case en bois sous tôles du centre ville de Petite-Ile.
Mardi 21 Octobre 2014, il est midi, la nonagénaire est installée dans son fauteuil et regarde la télévision quand deux personnes masquées font irruption dans son salon. Sans qu’elle ait le temps de réagir ou d’appeler à l’aide, la mamie est ficelée sur son siège et bâillonnée.
 
Un homme et une femme masqués
 
Là, pendant 20 minutes, les deux voleurs (Ndlr : un homme et une femme selon la victime) vont fouiller le domicile et lui demander sans relâche où elle cache son argent.
Ne trouvant rien, les cambrioleurs finissent par quitter les lieux avec une boîte de vieux bijoux, sans un regard pour la grand-mère prisonnière de son fauteuil. Après de longs efforts Julie-Antonia Gracienne parvient à se libérer un bras pour appeler une amie et donner l’alerte.
 
Un complice au volant d’une voiture
 
Ce vol avec violence sur personne vulnérable et séquestration (Ndlr : conséquence du saucissonnage) a tout de suite était pris au sérieux par la justice et la gendarmerie. Depuis une semaine, les enquêteurs de la brigade des recherches de Saint-Pierre aidés de leurs homologues de la section départementale multiplient les auditions. Les liens et le bâillon qui ont servi à « saucissonner » la vieille dame sont en cours d’analyse.
Trois suspects ont été interpellés ce mercredi aux aurores. Les deux hommes et la jeune femme placés en garde à vue vivent dans le Sud. Le couple d’agresseur avait un complice. Il attendait au volant d’une voiture pour faciliter leur fuite.