Deux Français sur trois sont à découvert au moins une fois par an

Poches vides
© (ALEX HINDS / AGE FOTOSTOCK RM / GETTY IMAGES) | 51% des Français qui effectuent des versements mensuels supérieurs à 3 000 euros sont en dépassement de découvert autorisé au moins une fois par an, selon une étude de Panorabanques.

La plupart d'entre eux sont à découvert une fois par trimestre, voire une fois par mois. Les personnes en situation financière précaire sont le plus souvent à découvert, mais les personnes aisées sont aussi concernées, selon une étude.

Réunion1ère/Francetvinfo Publié le

Dans le rouge. Deux Français sur trois dépassent leur autorisation de découvert au moins une fois par an, selon une étude dévoilée mercredi 8 octobre et réalisée par Panorabanques, un comparateur de banques (PDF). Près d'un quart des personnes interrogées (24%) sont même en dépassement au moins une fois par mois.

Qui est concerné ?

Logiquement, les personnes en situation financière précaire sont le plus souvent à découvert : 27% des personnes dont le revenu est inférieur à 1 500 euros dépassent leur autorisation au moins une fois par mois.

Mais les personnes aisées sont aussi concernées. 51% des Français qui effectuent des versements mensuels supérieurs à 3 000 euros sont en dépassement de

découvert autorisé au moins une fois par an, selon Panorabanques. "Il y a aussi des accros au découvert", assure au Parisien Guillaume Clavel, le président de Panorabanques.

Combien cela coûte ?

Autre enseignement de cette étude : dépasser son découvert autorisé, cela peut coûter très cher. La facturation des commissions d'intervention varie sensiblement selon les banques (jusqu'à 8 euros par jour). Au 1er janvier 2014, un Français avait dépensé en moyenne 58,91 euros par an pour ses frais de découvert. "Le découvert est très rentable pour les banques, et le risque de non-remboursement très limité", explique Marc Fiorentino dans son livre Faites sauter la banque, selonLe Figaro.

"Les découverts représentent en moyenne un tiers des frais annuels facturés par les banques traditionnelles. Il s'agit du deuxième poste de dépenses après la carte bancaire", estime Guillaume Clavel. Il constate que les banques en ligne et quelques rares banques traditionnelles ne facturent pas de commissions d'intervention, et recommande de faire appel à un conseiller personnel, ce que les Français souhaitent en grande majorité, selon cette étude.
 
L'étude 2014 a été réalisée à partir des données collectées sur le site Panorabanques entre les mois d'avril 2013 et mars 2014. Seules les variables collectées dans le cadre du questionnaire détaillé et renseignées en totalité ont été conservées pour cette étude qui porte donc sur un panel de 31 945 personnes, âgées de 18 à 50 ans. L'étude 2014 a été complétée par un sondage réalisé en ligne en mai 2014 auprès de 817 personnes.