Les sapeurs-pompiers de l’Etang-Salé-les-Hauts capturent un python d’1 mètre 50

Sapeurs et python
© Dominique Grondin

Un python d’1 mètre 50 capturé par les sapeurs-pompiers de l’Etang-Salé-les-Hauts. Le serpent nichait dans un cabanon, sous des bottes de foin. Le propriétaire des lieux a découvert les reptile en allant nourrir ses cabris.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Les sapeurs-pompiers sont applaudis à chaque défilé du 14 Juillet et pour cause. Après les chats dans les arbres, les chiens méchants ou les nids de « mouches à miel » squattant un faux plafond, ils doivent maintenant capturer des nac (Nouveaux animaux de compagnie).
Mardi après-midi, un agriculteur de l’Etang-Salé-les-Hauts débarque à la caserne affolé. Alors qu’il donnait du foin à ses cabris, il est tombé nez à nez avec un serpent énorme.

Un spécialiste pour capturer les nac

Python
© Dominique Grondin

Par chance, le spécialiste pour ce type d’intervention est de permanence avec l’équipe A du sergent-chef Dominique Grondin : « le python s’était réfugié dans un cabanon ou l’agriculteur entrepose la nourriture pour ses animaux. Il fallu que nous sortions toutes les bottes pour l’attraper. Le sapeur-spécialisé pour ce genre d’animaux est venu avec son 4x4 et ses pinces. A mains nues ou avec des gants, il aurait été plus difficile à saisir ». Le serpent mesure tout de même 1m50 et pèse une dizaine de kilos. Il a été remis à un vétérinaire spécialiste des reptiles.
 
Déjà, un python et un iguane en liberté
Iguane vert
© Dominique Grondin

Ces interventions surprenantes se multiplient sur La Réunion. Le département n’est pas épargné par la mode des nouveaux animaux de compagnie au grand damne des personnes phobiques. L’année dernière déjà à moins d’un kilomètre de cette intervention, les sapeurs-pompiers de l’Etang-Salé-les-Hauts étaient appelés pour un python en liberté : « Il était un peu moins gros, mais il était aussi long. Il y a un mois, nous avons été appelés par les agents de la mairie. Un iguane vert se baladait dans la rue », confie le sergent-chef Dominique Grondin.
Une enquête de gendarmerie a été ouverte pour retrouver au plus vite l’importateur de ces reptiles dont les vivariums ferment mal.