Sermat : le conflit s’enlise et paralyse le déchargement des portes conteneurs

Grève Sermat
© H. Debeux | Archives

Les négociations entre les syndicats de dockers et les représentants des aconiers sont au point mort. Une cellule de crise vient d’être mise en place pour déterminer quels sont les conteneurs à livrer en priorité à la fin du conflit.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Le déchargement et la livraison de conteneurs est paralysée depuis trois jours. Le conflit entre les employés de la Sermat et le GIE (groupement d’intérêt économique) s’enlise. Les négociations qui ont lieu au siège de la direction du travail n’avancent pas. Les représentants syndicaux demandent l’embauchent, même temporaires, de techniciens supplémentaires pour entretenir les chariots chargés de transporter les conteneurs. « Niet » répond la direction du GIE qui ne veut pas remplacer les départs volontaires à la retraite avant de mettre en place la nouvelle organisation du travail de la Sermat.
 
Grévistes et patrons dos à dos
 
Les deux parties campent sur leurs positions et les bateaux chargés d’approvisionner le département attendent où s’apprêtent à déposer leur marchandise sur les quais de l’île sœur. Frack Doki-Thonon, président du GIE, justifie sa position en expliquant à ses interlocuteurs qu’il a des comptes à rendre aux aconiers, les patrons de la Sermat. Didier Thomas, délégué du personnel, souligne lui, que les techniciens ne peuvent plus travailler trois weekends sur quatre.
Pour l’instant, ce conflit ouvert entre les deux parties n’a pas d’incidence pour le public, mais si le blocage devait encore durer quelques jours l’approvisionnement des commerces serait compromis.