Le pyromane présumé du Maïdo arrêté. Un caporal des sapeurs-pompiers en garde à vue

Incendie du Maïdo octobre 2011
© Réunion 1ère

L’enquête sur les incendies du Maïdo en passe d’aboutir. Un caporal-chef des sapeurs pompiers âgé de 45 ans a été interpellé à 6 heures ce mercredi matin. Il est en garde à vue dans les locaux de la caserne Vérines. Il était impliqué dans les incendies du Moka en octobre 2013.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

La rumeur laissait entendre depuis des mois que le pyromane était un pompier. La boutade a pris corps avec l’interpellation d’un caporal-chef de Saint-Denis. Cet homme, âgé de 45 ans, était déjà impliqué dans les feux qui avaient ravagé plusieurs hectares de la forêt du Moka en octobre 2013.
Le 23 octobre, précisément, un incendie mobilise les soldats du feu et le Dash 8 (avion bombardier d’eau) sur le secteur de La Bretagne à Saint-Denis. Alors que d’importants moyens sont déjà déployés, quatre nouveaux foyers éclatent dans les hauts de Sainte-Marie en début d’après-midi. Trois hectares seront la proie des flammes malgré la mobilisation des sapeurs-pompiers venus de plusieurs casernes du département. Deux exploitants agricoles du secteur sont évacués par les secouristes. Les flammes attisées par un vent violent s’approchent de leurs habitations.
Les gendarmes de la section de recherche sont saisis de ce nouveau dossier. Les militaires tentent de débusquer le ou les pyromanes depuis les premiers incendies qui avaient ravagé le Maïdo en 2010. En recoupant le listing des suspects, les enquêteurs voient un nom ressortir. Il s’agit d’un caporal-chef des sapeurs-pompiers de Saint-Denis. Placé en garde à vue, il reconnaît son implication dans le départ de feu du 23 octobre 2013 au Moka.
 
Un étrange soldat du feu
 
Présenté le 14 décembre 2013 devant un juge de Saint-Denis, le pyromane présumé est mis en examen pour destruction d’un bien par l’effet d’un moyen dangereux pour les personnes. Il ressort libre, sous contrôle judiciaire. Sa hiérarchie réagit également et le suspend de toute activité en attendant le procès (Il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis le 28 janvier 2014). Il n’avait plus le droit de se rendre sur son lieu de travail depuis la mi-décembre.
Brigitte Lagière, juge d’instruction, en charge de l’enquête des incendies du Maïdo et de la forêt du piton Textor (2010 /2011), comme les enquêteurs de la section de recherche, veulent en savoir plus sur cet étrange soldat du feu. Ils ont la conviction que le pyromane présumé du Moka est l’homme qu’ils recherchent depuis des mois.
De surveillance rapprochée, en écoute et en vérification de l’emploi du temps du suspect, ils finissent par trouver de nombreux faisceaux reliant le caporal-chef aux feux de forêts de 2010 et 2011. Les preuves contre le suspect s’accumulant, le caporal-chef a été interpellé au saut du lit ce mercredi 26 février 2014. Placé en garde à vue dans les locaux de la caserne Vérines, l’homme est depuis entendu par les militaires de la section de recherche.