Lynchages de Nosy Be: retour sur les lieux 3 semaines après le drame

Nosy be 3

Pourquoi deux Français ont-il été lynchés et leurs corps brûlés, début octobre ? Que s'est-il passé ? France 2 s'est rendu sur place.

Réunion 1ère Publié le , mis à jour le

L'enquête menée en France sur l'un des deux Français lynchés sur l'île de Nosy Be (Madagascar) par une foule d'habitants démonte les "rumeurs" de pédophilie à son encontre. "Aucun élément confortant la rumeur de pédophilie ou de trafic d'organes d'enfant n'a été découvert" lors de l'enquête pour meurtre menée en France après la mort de Sébastien Judalet, a indiqué le parquet de Bobigny.
 
Père d'une fille de 11 ans, cet homme divorcé était venu passer ses vacances sur l'île quand il a été pris à partie le 3 octobre par une foule avec un ami franco-italien et un Malgache. La population locale déchaînée, qui les accusait d'avoir tué un enfant et les soupçonnait de pratiques pédophiles, avait ensuite brûlé leurs corps.
 
Que s'est-il réellement passé ? France 2 s'est rendu à Madagascar et a interrogé plusieurs témoins, dont le gérant de l'hôtel où était arrivé Sébastien Judalet, un mois plus tôt. Plusieurs personnes avaient procédé à un interrogatoire dans sa chambre d'hôtel, quelques heures avant son assassinat. "Un simulacre de procès", selon le journaliste de France 2, Arnaud Comte. Le père de l'enfant assure de son côté que la mort de son fils s'inscrit dans une affaire de trafic d'organes. Si l'île est un lieu de tourisme sexuel, rien n'indique pour l'instant que cette caractéristique, la mort du garçon et le triple lynchage sont liés. Voir le reportage