La saison sèche à La Réunion. Les mois de mai, juin et juillet les plus secs depuis 50 ans.

20130820 Cascade
© Gilbert Hoair | La Ravine Saint-Gilles fin mars.

Le bilan hydrologique du premier semestre est plutôt satisfaisant pour l’île de La Réunion.  En août la situation devient préoccupante.

Gilbert Hoair
Publié le , mis à jour le

Si les pluies ne sont pas au rendez vous fin septembre, la région sous le vent de l’île connaîtra la pire sécheresse des 50 dernières années.  La frange littorale, connue pour ses plages ensoleillées est particulièrement concernée. Une attention particulière sera portée aux Hauts de l'Ouest qui ont été le théâtre de grands incendies en 2010 et 2011.
 
Sur l’ensemble de l’île, après une légère amélioration en début d’année, depuis le mois de mars l’état des ressources en eau est en baisse sur l’ensemble du département.  Le seuil de crise a été atteint dans la Plaine du Gol à Saint-Louis. Le débit de la Rivière de l'Est, qui alimente la centrale  hydroélectrique de Sainte-Rose est en baisse également.
 
Les seules zones qui ont été arrosées par les pluies de façon satisfaisantes sont celles des Hauts de La Réunion et du Sud Sauvage.
 
Le comité Sécheresse a constaté cette situation préoccupante, mais n’envisage pas pour l’instant des mesures de restriction de distribution d’eau. Il rappelle des mesures de précaution :
 

  • signaler en temps réel les perturbations d’alimentation et les fermetures de réseaux susceptibles d’être utilisés par les services de secours et de lutte contre l’incendie ;
  • favoriser les techniques d’irrigation économe en eau ;
  • maintenir une vigilance particulière sur les aquifères sensibles, et adapter leur exploitation en fonction de l’évolution de la salinité ;
  • renforcer la surveillance des bassins de baignade, dont les conditions sanitaires ont tendance à se dégrader avec les faibles débits, notamment avec l’augmentation du risque de contamination par la leptospirose.
Des mesures seront prises dans les prochaines semaines pour pallier la diminution des ressources, pour  répondre aux besoins des éleveurs et  de la prévention des feux de forêts.