Marion Dufresne : la CGT Marins dénonce le recours aux marins malgaches et roumains

Marion Dufresne : la CGT Marins dénonce le recours aux marins malgaches et roumains
© C.A

En escale à Brest, le Marion Dufresne défraye la chronique...bien malgré lui. Le navire des TAAF se retrouve dans le collimateur de la CGT Marins qui dénonce l'embauche de marins malgaches et roumains...aux salaires bien moins élevés que leurs collègues français.

Erwann Ponnet
Publié le , mis à jour le

Dans un article publié par nos confrères de France 3 Bretagne, la CGT Marins à Brest dénonce l'embauche de marins, malgaches et roumains, sous-payés. Intitulé " Le Marion Dusfresne emploie des Malgaches à bas coût", l'article rappelle que :" le transport maritime est sans doute l'un des secteurs où les travailleurs "low cost" sont les plus nombreux. Même des bateaux aussi prestigieux que le Marion Dufresne n'échappent pas à la règle".

La navire ravitailleur des Terres Australes et Antarctiques Françaises est en escale depuis maintenant 15 jours à Brest, dans le Finistère. Sur place, la CGT des Marins en a profité pour aller à la rencontre de l'équipage du Marion Dusfresne. Le constat est dénoncé par la CGT : depuis 2010, les rémunérations des marins malgaches n'ont cessé de baisser. Certains ont perdu jusqu'à 300 euros. Ils sont désormais, malgré leurs spécialités, tous considérés comme de simples matelots et ils perçoivent au maximum 1000 euros. 

Le Marion Dufresne est immatriculé au registre international français. Un registre qui permet aux armateurs français d'employer jusqu'à 65% de main d'oeuvre non européenne, rémunérée aux conditions du pays d'origine, sans bénéficier du droit du travail français. Si cette immatriculation rend tout à fait légale cette différence de traitement, la CGT dénonce tout de même cette injustice