17 policiers en stage pour l’accueil des victimes de violences conjugales

20161108 Stage policiers
© Réunion1ère

96 femmes ont porté plainte pour violences conjugales  depuis le début de l’année, alors qu’une femme sur trois serait victime de ce fléau à La Réunion.

Gilbert Hoair
Publié le , mis à jour le

Seulement 10% des femmes victimes de violences conjugales portent plaintes à La Réunion.
La peur de représailles, la honte, mais aussi l’impression de ne pas être prises en considération par ceux censés assurer la protection du citoyen sont les raisons avancées par les victimes pour pas dénoncer un conjoint.
Elles soulignent l’accueil pas toujours adapté des forces de l’ordre  lorsqu’elles se déplacent au commissariat ou à la gendarmerie.
Ce qui laisse le champ libre à l’agresseur.
 
Améliorer l’accueil c’est avoir la bonne attitude, assurer une confidentialité et accorder une priorité à ces victimes qui ont déjà eu beaucoup de mal à venir déposer plainte.
 
En images avec Nathalie Rougeau