Retrouvez les articles de la semaine sur La1ere.fr

une semaine
© DR

Parmi les principaux articles de cette semaine : une Guadeloupéenne perd ses deux enfants dans l’attentat de Nice, nombres record de détenus en prison Outre-mer, le bilan de la visite des dirigeants coutumiers de Wallis et Futuna à Paris, et Marcus Thuram sur les traces de son père. 

La1ere.fr Publié le , mis à jour le

Si vous avez manqué les publications de La1ere.fr cette semaine, voici notre sélection hebdomadaire des principaux articles. Bonne fin de week-end à tous, l’info continue sur notre site !
 

#1. Attentat de Nice : une mère guadeloupéenne perd ses deux enfants

Une mère originaire de Guadeloupe a perdu sa fille, décédée dans l'attentat de Nice le 14 juillet. Son fils de 15 ans, porté disparu dans un premier temps, est lui aussi décédé, a annoncé lundi un membre de la famille. Ludivine, 25 ans, son frère Ludovic, âgé de 15 ans, leurs cousins et leurs parents étaient tous venus assister au feu d'artifice le 14 juillet. Depuis, la famille recherchait sans relâche le jeune garçon en diffusant des avis de recherche et ses photos. A Nice, ce même lundi, des milliers de personnes étaient rassemblées sur la Promenade des Anglais pour une minute de silence. Pompiers et forces de l’ordre ont été applaudis. Manuel Valls a été copieusement hué par la foule.
 

#2. Nombre record de détenus en prison : les Outre-mer en première ligne

Avec 69.375 personnes incarcérées, le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint un nouveau record, au 1er juillet. Les Outre-mer sont en première ligne avec notamment des taux d'occupation de 313 % en Polynésie, et 226 % en Martinique. "Si la situation est gravissime dans l’Hexagone, elle est encore pire Outre-mer", souligne François Bès, coordinateur régional pour l'Outre-mer de l'Observatoire international des prisons.

>>> VOIR également notre dossier prisons 
 

#3. Bilan de la visite des rois et dirigeants coutumiers de Wallis et Futuna à Paris

Que faut-il retenir de la visite des dirigeants coutumiers de Wallis et Futuna à Paris ? Venus officiellement pour assister au défilé du 14 juillet, ils ont fait avancer des dossiers très attendus par la population. Pour certains, les projets ont été débloqués, et leur financement acté. C'est le cas de la mesure bas-salaire et le décroisement des compétences, "deux dispositifs été chiffrés à plus de trois millions d’euros", a déclaré une source proche du dossier. Par ailleurs, l’augmentation de la dotation annuelle de l’agence de santé passe de 28,5 à 30,5 millions d’euros pour 2017. Pour le reste, le dialogue est désormais rétabli entre l’Etat et les coutumiers sur la question des terres rares. Le toilettage du statut de Wallis et Futuna a été renvoyée pour consultation ultérieure. Lire la suite de l'article ici.

Marcus Thuram
© UWE ANSPACH/DPA | Marcus Thuram et Kylian Mbappé.

#4. Football Euro 2016 des -19 ans : Marcus Thuram sur les traces de son père

Lilian Thuram a trouvé en son fils son digne successeur. Marcus et les Bleuets ont fait coup double jeudi en Allemagne. Les moins de 19 ans se sont non seulement qualifiés pour la finale de l'Euro 2016, mais en plus, ils ont "vengé" leurs ainés en battant le Portugal. Un petit air de revanche après la défaite de l'équipe A en finale de l'Euro 2016 au Stade de France. Les Bleuets disputeront la finale ce dimanche soir (20h30) contre l'Italie tombeuse plus tôt jeudi de l'Angleterre (2-1).
 

#5. Doris Rouesne, l'infirmière martiniquaise devenue mannequin

Le parcours de Doris Rouesne n'est pas commun. Infirmière de profession, cette jeune femme de 34 ans, originaire de la Martinique, a embrassé il y a sept ans une carrière de mannequin. Depuis, elle écume les plateaux de télévision et les studios photos. Elle vient d'être choisie par la production de l'émission de France 2 "Fort Boyard" pour incarner le personnage de "Lady Boo", la lutteuse qui défie les candidats. "Fort Boyard c'est un rêve d'enfant. Même si je suis sportive, je n'avais jamais fait de lutte de ma vie, mais là c'est un challenge personnel et professionnel, et j'avais aussi envie de retrouver l'ambiance des plateaux de télévision", dit Doris.