Effondrements à Marseille : une résidente d'origine comorienne portée disparue

Une habitante d'origine comorienne portée disparue après les effondrements meurtriers à Marseille
© LOIC AEDO / AFP | Deux jours après l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne, à Marseille, la mère d'Abdou Ali, d'origine comorienne, reste introuvable.

Deux jours après l'effondrement de trois immeubles vétustes à Marseille, des habitants recherchent encore des proches. Parmi eux, Abdou Ali, comorien, est sans nouvelles de sa mère.

Pauline Rouquette (avec AFP et France 3 Provence) Publié le

Le corps d'une sixième victime a été retrouvé ce mercredi 7 novembre sous les décombres des trois immeubles vétustes qui se sont écroulés au coeur de Marseille, lundi dernier. Le corps d’un homme a été découvert à la mi journée, tandis que les corps de trois autres hommes et deux femmes avaient déjà été retrouvés dans les gravats par les secours.
 

Une habitante comorienne portée disparue

Deux jours après le drame, des habitants sous le choc recherchent encore des proches.
Abdou Ali, 34 ans, d'origine comorienne recherche quant à lui sa mère. Elle vivait au premier étage d'un des immeubles, situé au 65 rue d'Aubagne. Comme tous les jours, elle a accompagné ce lundi matin son plus jeune fils, âgé de 8 ans, à l'école, avant de rentrer chez elle peu avant 9 heures, sous les yeux de plusieurs voisins.
 

"Il n'y a rien qui nous soulage"

"Elle n'est pas allée le rechercher à l'école, et je n'ai aucune nouvelle", a expliqué à l'AFP son fils, Abdou Ali, en errant, entre les pompiers et les policiers, avant de partir pour la mairie d'arrondissement, en quête d'informations.

Interrogé par France 3 Provence, celui-ci dit espérer que sa mère soit partie quelque part. Aujourd'hui, cependant, il lui reste peu d'espoir. Compte tenu du témoignage de plusieurs voisins, sa mère se trouvait sûrement à l'intérieur du bâtiment au moment de l'effondrement. "On n'a pas de nouvelles, il n'y a rien qui nous soulage."
 

Le témoignage d'Abdou Ali