Le président philippin menace d’un embargo sur le nickel

nickel
© Alain Jeannin | Convoyeur de nickel en Nouvelle-Calédonie. Site de l'Usine du Nord et du massif du Koniambo

Les cours du nickel sont sous tension. Le marché londonien des métaux frémit positivement. Les déclarations fracassantes du président philippin Rodrigo Duterte font craindre un embargo. Il profiterait à la Nouvelle-Calédonie.

Alain Jeannin
Publié le , mis à jour le

Les trois dernières séances ont été « exceptionnelles » pour le nickel sur les marchés des métaux industriels, à Londres et à Shanghai. Le négociant londonien Marex Spectron, intermédiaire entre les producteurs et les acheteurs de nickel, constate que les contrats ont augmenté depuis lundi, chaque jour de 6 %. La raison ? Le discours sur l’état de la nation prononcé par Rodrigo Duterte. Le marché londonien anticipe une éventuelle pénurie de nickel : « 666 contrats portant sur des livraisons de métal ont été enregistrés mardi à Shanghai (SHFE), un record jamais atteint depuis le mois d’avril » constate Marex Spectron.

Menaces

Lundi, dans son discours au congrès, le président philippin a menacé les sociétés minières :« Nous vous taxerons à mort, nous fermerons vos mines si vous continuez à endommager l'environnement. Payer vos taxes, payez vos impôts ou disparaissez » a déclaré le « Donald Trump philippin » dans le langage fleuri qu’on lui connaît. Ces menaces verbales ont pris les analystes à contre-pied. Ils s’attendaient à une reprise des exportations de minerai par les Philippines et elle n’aura pas lieu, au moins dans l’immédiat.

Interrogations

En réaction, les cours du nickel ont dépassé le seuil des 10.000 dollars mardi soir, avant de légèrement baisser mercredi matin pour évoluer autour de 9.970 dollars. « En fait, le marché londonien du nickel a réagi très positivement dans un premier temps, mais très vite des interrogations sont apparues. Duterte est-il sincère ou ne fait-il que des rodomontades, de l'enfumage ? » Telle est la question pour Robin Bhar, responsable des analyses matières premières pour la Société générale à Londres, qui poursuit : "En fait, Duterte observe les réactions de l’Indonésie et de la Nouvelle-Calédonie. Il navigue à vue."
 

Constat

Les Philippines sont le premier exportateur mondial de nickel et un important producteur d'or et de cuivre, mais les données du Bureau des mines du pays révèlent que l'exploitation minière contribue pour moins de pour-cent à l'économie du pays qui ne dispose actuellement que de deux usines de traitement de nickel.

Les analystes londoniens estiment que les propos du président philippin brisent la confiance des sociétés minières internationales qui cherchent à explorer et à développer des projets miniers. On estime que les Philippines détiennent des dépôts inexploités d’or, de cuivre et de nickel d'une valeur de 840 milliards de dollars australiens. Les cours du métal sont de nouveau sous pression jeudi, mais la tendance reste haussière, à Shanghai soutenue par la demande chinoise et le nouveau risque philippin qui fragilise l’offre mondiale de nickel.