Trafic d'ice : la guerre des territoires au coeur des débats au tribunal correctionnel

Le "junky" au tribunal
© Polynésie.1

Un homme a été jugé en comparution immédiate, pour port et détention d’arme à feu. Avec une carabine 22 long rifle, il a menacé deux jeunes hommes qu’il avait aperçu lors d’une bagarre quelques semaines plus tôt.

Polynésie.1 Publié le , mis à jour le

Il y a 3 semaines, Otto et l’un de ses amis assistent à une bagarre à Bel Air, à Punaauia. Ce jour-là, un coup de feu est tiré par un homme qu’ils connaissent seulement de réputation.
Jeudi, quand les 2 copains se rendent chez le coiffeur, ils se retrouvent nez à nez avec le même homme, qui les tient en joue raconte Otto. L’homme les a reconnus lorsque ces derniers traversent une servitude. Il rentre alors chez lui pour prendre son arme. Il pointe son arme sur les deux hommes, et les menace de ne rien dire.

Interview témoin


Le prévenu avait consommé de l’ice. Lorsqu’il rentre chez lui, et sous l’emprise de la drogue, il tire un coup de feu sur son frigo. Il a expliqué qu’il pensait que les 2 jeunes voulaient le dénoncer aux gendarmes pour l’affaire du royal Palms, « ça se voyait sur leur visage ».
Lors de la perquisition, les gendarmes retrouvent à son domicile 14 cartouches, 15.000 francs en billets de 1.000 francs, et 1, 1 gramme de métamphétamine

Pour le procureur, le trafic d’ice fait aujourd’hui l’objet de conquête et de partage de territoire de la part de gangs armés. « On est en train d’amorcer un virage dangereux et de prendre des sanctions dissuasives », a-t-il poursuivi.
Le prévenu possédait une arme de catégorie B, soumise à autorisation. Une autorisation qu’il n’avait pas. Lorsque la cour lui demande pourquoi il possède une arme, il répond : « j’aime les armes, et c’est pour me protéger de celui qui vient m’embêter ».

Il compte déjà  treize condamnations sur son casier judiciaire. Le prévenu a  été condamné, par le passé, 9 fois pour vols, 2 fois pour violences et 2 autres fois pour trafic de stupéfiants.

Aujourd’hui, il a donc de nouveau été condamné. Le procureur a requis 3 ans de prison ferme et un an de sursis. Il a insisté en disant que « les armes et l’ice est un cocktail que l’on apprécie guère ».  Il a finalement été condamné à 18 mois de prison ferme. Cet amoureux des armes ne pourra plus en posséder pendant 5 ans.