Tour de France 2017 : un début sur les chapeaux de roues

Marcel Kitell
Marcel Kitell

Le Tour de France 2017 a démarré samedi 1er juillet avec la première étape. Pour la première fois, c'est un Gallois, Geraint Thomas, qui endosse le maillot jaune du Tour. La deuxième étape a laissé place à l'une des terreurs du sprint : Marcel Kittel, vainqueur de cette étape;

polynesie1ere.fr avec francetvinfo Publié le

1ère étape : entre surprises et déceptions


Alors qu'on attendait Tony Martin à domicile en Allemagne, c'est le Gallois Geraint Thomas (Sky) qui a remporté le contre-la-montre (14 kilomètres) inaugural du Tour de France 2017. Pour la première fois de sa longue histoire, c'est un Gallois qui endosse son maillot jaune, le premier de cette 104e édition. Au rayon des favoris, Chris Froome s'en est le mieux sorti et récupère déjà du temps sur tous ses adversaires. Romain Bardet a bien limité la casse alors qu'Alejandro Valverde a déjà dû abandonner.

Sur un parcours rendu dangereux par la pluie - Valverde a abandonné, Gallopin est allé au sol et passera d'ailleurs des examens ce soir -, Thomas a tracé sa route et réussit de belles trajectoires pour s'imposer d'un rien. Réputé très fort rouleur, et bon grimpeur depuis deux ans, le Gallois est le lieutenant de luxe de Froome sur ce Tour de France 2017. Le Britannique a lui parfaitement débuté son Tour de France. En prenant une place dans le top 10, il compte déjà 35 secondes d'avance sur Richie Porte, 36 sur Nairo Quintana et 39 sur Romain Bardet.

Le Français peut être satisfait de son chrono, l'Australien beaucoup moins, lui le spécialiste de l'effort solitaire. Les autres favoris se tiennent dans un mouchoir de poche puisque Fabio Aru est lui à 40 secondes, Alberto Contador à 42 secondes et Jakob Fuglsang à 44. Meintjes et Chaves ont eux concédé plus d'une minute. Le meilleur Français du jour n'est autre que le Champion de France de la spécialité, Pierre Latour, 18e à 25 secondes de Thomas.

Le malheureux du jour est Espagnol, il était monté sur le podium en 2015 (3e). Ce n'est autre qu'Alejandro Valverde. Dans un virage qui a mis de nombreux coureurs à terre, le coéquipier de Quintana chez Movistar est allé au sol avant de frapper violemment les barrières. Resté au sol pendant de longues minutes, il a finalement abandonné avant d'être emmené dans l'hôpital le plus proche. Cette chute est symptomatique d'un contre-la-montre dangereux pendant lequel deux coureurs ont abandonné, Valverde et Ion Izagirre (Bahrain-Merida).


 2ème étape : place à la terreur du sprint



Marcel Kittel a remporté la deuxième étape du Tour de France entre Düsseldorf et Liège (203,5 kilomètres). Comme en 2013, 2014 et 2016, le sprinteur allemand de la Quick Step-Floors lève les bras, et ce pour la dixième fois, sur la Grande Boucle. Arnaud Démare prend une belle deuxième place alors qu'André Greipel complète le podium. A noter qu'une chute à 29 kilomètres de l'arrivée a envoyé Froome et Bardet au sol sans trop de mal.

Depuis 2013, Marcel Kittel est l'une des terreurs du sprint sur le Tour de France. Souvent vainqueur très tôt (première étape en 2013 et 2014, quatrième en 2016), le sprinteur allemand a une nouvelle fois fait le coup sur la 104 édition en dominant, d'un bon vélo d'avance, le premier sprint massif. Parfaitement emmené, Kittel n'a pas laissé le loisir, ni à Démare sur sa droite ni à Greipel sur sa gauche, de le remonter. Il remporte sa dixième étape sur le Tour de France, ce qui le place à une unité d'André Greipel et à deux de Erik Zabel, recordman de victoires allemandes sur la Grande Boucle.


Après les chutes de samedi et les abandons de Valverde, Izagirre et de Luke Durbridge ce dimanche, le peloton redoutait une nouvelle fois les incidents. A 29,5 kilomètres de l’arrivée, la roue d’un coureur de la Katusha a chassé en tête du peloton et derrière de nombreux coureurs sont allés à terre. Parmi eux, Chris Froome, le triple vainqueur, et Romain Bardet, son dauphin l’an dernier. Si les deux favoris ont rejoint le peloton sans souci, leur état de santé sera à surveiller lundi alors que le Tour de France connaîtra son deuxième temps fort avec l’arrivée en côte à Longwy. Lundi, les puncheurs s'expliqueront dans le final difficile vers Longwy et la Côte des Religieuses (1,6km à 5,8%).