Village tahitien : le groupement Kaitiaki Tagaloa détaille son projet

Hôtel n°3
© Kaitiaki Tagaloa

Le groupement d’investisseurs Kaitiaki Tagaloa présente son projet de 4 hôtels et 2 condominiums. Un investissement de près de 70 milliards de francs pacifique, pour 1550 clés et 2500 emplois lors de la construction des logements.

Polynésie la 1ère - A. T Publié le , mis à jour le

« C’est une réelle opportunité pour le consortium polynésien…il y a mille ans, nos ancêtres ont quitté Taputapuatea, aujourd’hui nous revenons » , c’est ainsi que Tuku Morgan, le représentant du groupe Iwi International, a démarré la conférence de presse. Entouré de Frédérick Grey, Nikau Tawera et Baden Turley, Tuku Morgan se dit d’ores et déjà « excité et heureux » de pouvoir mettre en place ce projet à Tahiti. Pour conclure, Baden Turley a indiqué que Kaitiaki Tagaloa s’attend à des « retombées très positives » à Tahiti : « Le PIB va augmenter, les échanges de devises également. Et surtout, ce projet possède un projet culturel dont nous sommes très fiers. ».
L'ensemble des architectures est centré autour du "vaka", la pirogue, symbole du rassemblement des polynésiens.
Au préalable, plusieurs études de marchés ont été réalisées. La SAS Kaitiaki Tagaloa vise donc un nouveau marché tels que les entreprises, les lunes de miel ou encore les événementiels. Un marché qui selon eux, pourra facilement émerger grâce aux nouvelles compagnies aériennes qui arriveront sur le territoire. 
Toutes les villas seront dotées d'une piscine ou d'un accès privatif au lagon. "Très soucieux de la préservation de l'environnement", les matériaux utilisés seront naturels. 

Quatre hôtels

Le premier lot occupera un peu plus de 39 000 m2 du site, pour un bâtiment de 20 294 m2. Un hôtel 5 étoiles qui cible une clientèle de luxe, haut de gamme, avec trois catégories de chambres : standard, supérieure et suite. Les 70 suites seront sur pilotis avec piscine à débordement. Au total, 350 chambres sont envisagées.

Hôtel n°2 - village tahitien Kaitiaki Tagaloa
© Kaitiaki Tagaloa

Le deuxième hôtel, lui, est un établissement 4 étoiles, et vise une clientèle haut de gamme et plus familiale. Pour les investisseurs, « le marché de Tahiti est un peu oublié, car tous les touristes vont sur Bora Bora. Il faut profiter des nouvelles compagnies aériennes pour diversifier la clientèle et faire de Tahiti un meilleur centre touristique ». 103 chambres en catégorie standard, 107 en catégorie supérieure et enfin, 42 suites.
Hôtel n°2 - village tahitien
© Kaitiaki Tagaloa

Le plus grand et impressionnant des logements concerne le lot n°3. Il est composé de 11 étages, le 11ème niveau étant un toit terrasse. L’architecture représente une pirogue avec une voile et un balancier, pour 300 chambres, trois grandes piscines dont une relaxante, deux terrains de tennis, un mini golf ou encore une salle de fitness. A noter aussi trois bars, dont un panoramique. Cet hôtel 4 étoiles sera également doté d’un centre commercial et vise également une clientèle familiale. Un « bâtiment dont nous sommes vraiment fiers » précise l’un des représentant du groupe.
Hôtel n°3 - village tahitien
© Kaitiaki Tagaloa

Enfin, la dernière offre d’hébergement, de 1 390 m2, est la moins classée : 3 étoiles à 3 étoiles et demies. Ce dernier lot, de cinq étages pour 256 chambres, longera le long de la marina et vise une clientèle plus jeune.
Hôtel n°4 - village tahitien
© Kaitiaki Tagaloa

Deux condominiums

Le premier sera doté d’une piscine pour des activités sportives, d’une piscine de loisirs, d’un centre de gym, de bien-être et un spa. Le rez-de-chaussée sera composé de cafés et de commerces. Les accès aux commerces seront directement connectés à la promenade de la marina afin de ne pas interrompre la circulation. Haut de six étages, soit  7 500 m2, il pourra accueillir 200 unités de logements.
Condominium 1
© Kaitiaki Tagaloa

Le deuxième condominium est plus petit. En effet, il sera composé de quatre étages pour 200 unités de logements également. Les commodités sont les mêmes que le premier, avec en plus une crèche et des commerces de base. Concernant l’architecture, les appartements seront positionnés est-ouest sur le site comme des pirogues posées sur la plage. Toutes les unités profiteront d’une vue diagonale sur la baie, avec des terrasses positionnées à l’avant profitant d’une vue directe à l’ouest sur la baie, et sur Moorea pour chaque étage.
Condominium 2
© Kaitiaki Tagaloa

Des marques nouvelles dans le Pacifique
Pour ces hôtels, le consortium samoan et maori souhaite travailler avec de grandes chaînes hôtelières encore inexistantes dans tout le Pacifique. Elles sont, en fait, issues de la même marque : Marriott International’s, la plus grande chaîne hôtelière d’Afrique. Ce groupe, en ayant racheté la marque Starwood Hôtels & Resorts Worlwide en 2016, est également le groupe le plus important en terme de capacités hôtelières au monde. En ce qui concerne l’hôtel du lot n°3, il sera exploité par la marque Four Points by Sheraton. Sheraton qui compte aujourd’hui 435 hôtels et 88 complexes répartis dans plus de 70 pays aux quatre coins de la planète. Il y a aussi l’enseigne W Hôtels qui en possède déjà une cinquantaine à travers le monde, comprenant des établissements ouverts récemment tels que le W Shanghai – The Bund et le W Goa. Son objectif est d’atteindre 75 hôtels à travers le monde en 2020. Et enfin, la marque Moxy. Une nouvelle marque de Marriott International axée sur le nouveau millénaire qui a débuté en septembre 2014 avec l’ouverture du Moxy de Milan, un concept de boutique-hôtel pour le voyageur économe.
Pour l’heure, « rien n’est définitif, mais nous tavaillons en étroite collaboration avec eux », a précisé le consortium.

Un centre culturel
Cela ne faisait pas partie de l'appel d'offres, mais le consortium l'a inclus dans son projet. Il souhaite construire un centre culturel en plein centre des hébergements. Une option pour divertir les clients de jour comme de nuit. 
Centre culturel
© Kaitiaki Tagaloa

2500 emplois pendant la construction, 3000 pendant l’exploitation

Kaitiaki Tagaloa l’a assuré aussi lors de sa conférence de presse, la priorité sera donnée à l’embauche de la main d’œuvre locale. Selon lui, le chantier permettra de créer 2500 emplois pendant la construction, et 3000 emplois à temps plein pendant l’exploitation. « Nous formerons la population et nous établirons des partenariats avec des organismes de formation ».

« La stabilité politique est nécessaire et importante »

Les représentants du consortium n’ont cessé de le répéter, «On le répète, 700 millions de dollars US qui viennent à Tahiti, et les 3000 emplois que nous voulons créer, nous, en tant qu’investisseurs, il est important que Tahiti puisse nous montrer qu’il y a cette stabilité politique, afin que notre investissement soit sûr. Il n’y a aucun pays dans le monde où un investissement important sera fait si il ya de l’instabilité politique. ». Pour Tuku Morgan, c'est une «grande fierté (…) C’est l’accomplissement de toute une vie et c’est aussi une grande émotion. Cette opportunité n’aurait jamais existé sans le courage du gouvernement auquel je souhaite bon courage pour les élections à venir. ». Le groupement d’investisseurs a aussi précisé qu’il travaillera avec tous les gouvernements mais ce dernier doit être « équitable, stable et juste ». 

A une semaine du premier tour des élections territoriales, Edouard Fritch a décidé de suspendre la procédure d’appel à projets. Afin que ce ne soit pas « considéré comme une instrumentalisation politique », a souligné Teva Rohfritsch, il reviendra au prochain gouvernement de signer les protocoles d’engagements des six lots et de finaliser les contrats. Au total, le consortium Kaitiaki Tagaloa annonce une offre de 1550 clés. Il a également fait part de son souhait de remporter l'ensemble du marché du village tahitien afin qu'il y ait une cohérence dans l'ensemble des architectures.