Un an après, le chikungunya sévit encore en Polynésie

Un an après, le chikungunya sévit encore en Polynésie
© Polynésie 1ère | Les articulations de la main

 Le virus transmis par le moustique est apparu à Tahiti en octobre dernier, avant de se répandre dans les cinq archipels et de causer la mort de 15 personnes. Environ 70 000 personnes ont consulté pour un chikungunya et ça continue un an après...

Lai Temauri Publié le , mis à jour le


Selon les autorités, le nombre de consultations post chikungunya est estimé à près de 50% des personnes atteintes. Pour certaines personnes, la maladie évolue vers une phase chronique. Environ 30 % des patients continuent de présenter des manifestations rhumatologiques post-Chikungunya, un an après l’épisode aigu. Thierry Stampfler et Hubert Liao ont rencontré Jean Pascal Pangaud, rhumatologue :


Les arthrites chroniques qui demeurent la principale complication du Chikungunya, risquent de devenir un réel  problème de santé publique en Polynésie Française. Des douleurs chroniques essentiellement au niveau des articulations, on écoute le docteur Yves Philippe Brugiroux :


Vous l'aurez compris, pour le traitement des douleurs articulaires chroniques, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire les traitements adéquats. Deux ans après avoir contracté le virus, une personne sur deux souffrirait toujours de séquelles physiques de la maladie.