Restaurants : les règles sanitaires freinent-elles la relance ?

restaurant covid
© Polynésie la 1ère

Les restaurant ont subi de longues fermetures pendant le confinement suivi d'un lent redémarage. Mais depuis que le virus circule de nouveau, la clientèle va t-elle continuer à les fréquenter malgré de nouvelles contraintes ? Comment s'adapte le personnel ? 

Polynésie la 1ère (MLSF), Thierry Stampfler et Jacques Damour Publié le , mis à jour le

Lorsque l’on évoque les restaurants en période de Covid, on ne parle guère de la situation des employés qui préparent les repas, portant le masque dans l’étuve des cuisines, surtout quand il y a des fours à pizzas ou de la rôtisserie."Il faut continuer à travailler, on ne peut pas s'arrêter, il faut nourrir nos familles", confie David De Simone, chef executif dans un restaurant, qui s'adapte aux nouvelles contraintes. 

Les clients sont aussi masqués dès qu'ils se déplacent dans le restaurant, comme pour aller au buffet ou aux toilettes. "Lorsqu'ils vont près du buffet, ils utilisent  le masque avant de se servir (...) Certains ne veulent pas le faire mais on les y oblige", explique Yasmina Lywaut-Chapman, employée restaurant. Quant aux événements festifs, les repas collectifs ou le dancing, c'est terminé pour l'heure. Dix personnes maximum sont acceptées par table.

A la marina Taina, toujours à Punaauia, il y avait trois restaurants. Le premier a fermé définitivement, le deuxième ouvrira à nouveau ses portes jeudi après des semaines de fermeture. Le troisième, lui, se porte apparemment bien même si la capacité d’accueil du jardin a été amputée d’un tiers à cause de la distanciation des tables.

Les règles sanitaires sont appliquées par le personnel. Quant aux quelques clients encore rétifs aux consignes, il faut trouver les mots pour les convaincre. "Je fais la police au quotidien tous les jours mais je pense que c'est important pour le bien être de tous", souligne Christophe Larme en charge de la restauration du Casa Bianca. 

Situation contrastée donc selon les établissements. Après le confinement, certains ont bien repris, d’autres souffrent d’avantage. Mais pour tous l’avenir s’inscrit dans l’incertitude de l’évolution sanitaire.