Quel bilan tirer de la visite de Gérald Darmanin ?

Gérald Darmanin invité du JT
© Polynésie la 1ère

Une chose est sûre, malgré une visite marathon, le ministre de l’Action et des Comptes publics a eu le temps de bien mesurer l’importance du levier de la défiscalisation nationale pour le développement de l’économie et de l’emploi en Polynésie française.

Polynésie la 1ère, Marie-Christine Depaepe, Brigitte Olivier Publié le , mis à jour le

Un ministre très à l’écoute, mais prudent. Il n’aura fait qu’une seule annonce officielle : le 2e câble polynésien Natitua va bénéficier de la défiscalisation nationale à hauteur d’1,2 milliard.

Pour ce qui concerne l’ouverture du dispositif à la navigation de croisière, à la pêche ou encore la réduction des délais d’agrément, il faudra attendre l’examen en octobre du projet de loi de finances 2019. Des amendements devraient être apportés à la loi Girardin au regard du récent rapport sur la défiscalisation ultramarine rédigée par la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale.

Il faudra aussi attendre octobre pour connaître les arbitrages interministériels sur les plans de convergence du livre bleu des outre-mer. 
Sur la question des délais d’instruction à Bercy, le ministre a cependant lancé une piste : distinguer les dossiers par territoire d’outre-mer et déconcentrer les décisions. En clair, mettre un référent unique pour le haut-commissariat auprès de Bercy.

Autre pôle d’intérêt du ministre : la lutte contre le narcotrafic dans le Pacifique. Pas de nouveaux moyens en vue. Du moins, dans l’immédiat. La priorité, c’est de renforcer la coopération entre les douanes, la gendarmerie maritime et la marine nationale et de travailler l’échange de renseignements avec la Nouvelle-Zélande et l’Australie. La ZEE est bien protégée, a estimé le ministre.

Enfin, sur la question des carrières et de la mobilité dans la fonction publique d’État : là aussi, le ministre réserve ses annonces pour plus tard. À son retour de Polynésie française, le député Serva a remis son rapport au 1er ministre. Le projet de loi sur la fonction publique doit par ailleurs, être examiné en février prochain au Parlement.