Quatre détenus passent 5 heures accrochés à une corniche pour protester

les gendarmes en pleine négociation
© Polynésie1ère | Pendant plusieurs heures, les gendarmes ont négocié avec 4 détenus qui s'étaient juchés sur une corniche. Ils protestaient contre leurs conditions de détention.

Quatre détenus sont restés accrochés au rebord d'un mur pendant plusieurs heures pour protester contre leurs conditions de détention

Teiva Roe
Publié le , mis à jour le

Lundi 15 juin vers 16h30, à Nuutania, 4 détenus ont refusé de rentrer dans leur cellule. Ils sont montés sur le rebord d'un mur à plusieurs mètres du sol. "A une hauteur suffisante pour mettre leur vie en danger" selon un témoin.  

Selon nos informations, les détenus souhaitaient protester contre leurs conditions de détention. Alertés, les gendarmes se sont immédiatement rendus sur place. Un barrage a été installé à l’entrée de Nuutania pour empêcher les voitures d’approcher. Le PSIG, Peloton de Surveillance et d'Intervention de la Gendarmerie, a été dépêché sur le lieu de détention ainsi qu'un négociateur. Le colonel Pierre Caudrelier, commandant de la Gendarmerie en Polynésie française, s'est déplacé en personne pour superviser l’opération.

Pendant plusieurs heures, les gendarmes ont tenté de raisonner les 4 détenus. Un peu avant 23 h, les 4 hommes ont accepté de redescendre mettant ainsi fin à l'opération.
A la sortie de Nuutania, le colonel Caudrelier a déclaré à Polynésie 1ère que l'opération s'est bien déroulée. Personne n'a été blessé : "Nous avons résolu le problème par la négociation, sans prendre de risques pour les détenus eux-mêmes". 

Ecoutez l'interview du colonel Pierre Caudrelier, commandant de la Gendarmerie en Polynésie française :


#Urgent [info Polynesie1ere] 4 détenus sont sur le toit de la prison de Nuutania. Ils protestent contre leurs conditions...

Posted by Polynésie 1ère on mardi 16 juin 2015