Visite présidentielle et nouveau parti politique : retour sur les évènements politiques de 2016

Ouverture de la session administrative de l'APF
© Polynésie 1ère | Discours du président de l'Assemblée de la Polynésie Française, Marcel Tuihani

En politique, l’année 2016 a été riche pour la Polynésie. Elle a été marquée par les visites du président de la République et de la ministre de l’éducation et la création du parti majoritaire d’Edouard Fritch.

Polynésie 1ère, M.L Publié le , mis à jour le


En 2016, l’année politique commence en Polynésie en février  avec deux évènements majeurs qui se suivent.

Le 20 février Edouard Fritch créer son parti, le Tapura Huiraatira, et obtient le soutient de 36 maires sur 48. Plus de 8 000 personnes participent au congrès fondateur du mouvement autonomiste.

Le lendemain, le dimanche 21, François Hollande arrive en Polynésie. Le président de la République reconnait que les essais nucléaires ont un impact environnemental et qu'ils ont provoqué des conséquences sanitaires et sociales en Polynésie. De retour de Raiatea François Hollande rendra visite à Oscar Temaru.

En juillet, l’ancien premier ministre Alain Juppé choisit de se rendre dans le fenua à l'occasion de sa campagne pour la primaire de la droite et du centre. Il s’engage à maintenir les dispositifs de défiscalisation et l’indexation des fonctionnaires pour les outres-mers. Sur le nucléaire, il soutient Edouard Fritch favorable à la suppression de la notion de « risque négligeable » dans la loi Morin.

En Politique régionale, depuis septembre : la Polynésie et la Calédonie sont désormais reconnues comme membres de plein droit et peuvent ainsi voter au Forum des îles du Pacifique. L’organisation jusqu’ici composée de seize pays indépendants accorde aux deux collectivités le statut de membres à part entière lors de son 47e sommet en Micronésie.

Au cours du dernier trimestre, le mois d’octobre est marqué par deux actualités importantes. A L’ONU le 4 octobre Edouard Fritch demande la suppression de la Polynésie de la liste des pays à décoloniser. Oscar Temaru est quant à lui accompagné sur place d’associations anti-nucléaires et écologistes demandant son maintien et la continuité du processus diplomatique de décolonisation. Il obtiendra gain de cause en fin d'année.

Le 20 octobre enfin, Najat vallaud Belkacem effectue la première visite d’un ministre de l’éducation nationale en Polynésie française. Une convention décennale Etat / Pays est signée . L’état apporte son soutien financier à la Polynésie pour la construction de trois internats "de la réussite".