Violences sexuelles : la parole se libère

Violences sexuelles : la parole se libère
© Polynesie La1ere | Violences sexuelles : la parole se libère

En moyenne, cinq cas de violences intra familiales sont recensés chaque semaine.
 

Webmaster
Publié le , mis à jour le

Les violences intra familiales et plus particulièrement les agressions sexuelles constituent un fléau particulièrement alarmant en Polynésie. Les services sociaux enregistrent cinq plaintes par semaine. Il s’agit de cas de violences faites aux femmes, de rapports sexuels non consentis et d’incestes.

Peu à peu la parole se libère et les victimes commencent à oser parler des sévices qu’elles subissent. Se met alors en place un long et douloureux parcours de reconstruction.