Violence : agression sans complexe

victime agression
© Polynésie la 1ère

Retour sur l'agression d'un quadragénaire lors de la fête du 14 juillet par un légionnaire. Un mois après les faits, la victime a déposé plainte et est toujours sous le choc mais elle a bien voulu témoigner sous couvert d'anonymat... 

Polynésie la 1ère (MLSF), Thierry Stampfler et Sandro Ly  Publié le , mis à jour le

Le fait divers avait fait le buzz sur les réseaux sociaux. Le 14 juillet dernier, un ancien légionnaire avait agressé un quadragénaire parce qu'il riait trop fort. Conséquence : la victime écopera de 30 jours d'ITT.  "J'étais au mauvais endroit au mauvais moment. C'est de la violence gratuite", confie la victime qui a voulu témoigner mais sous couvert d'anonymat.

Elle a finalement déposé plainte, un mois après les faits. Toujours en état de choc, elle s'étonne de la discrétion apparente de la justice dans cette affaire. Un avocat a été engagé pour suivre l'avancement du dossier.