Swac de l’hôpital : Boyer attaque le Pays

hopital

L’appel d’offres du Swac de l’hôpital a été lancé, mais un des poids lourds du secteur, l’entreprise Boyer, attaque le Pays au tribunal, après avoir été écartée des candidatures. En jeu : un chantier de 2 milliards de Fcfp.

Polynésie la 1ère, Lucile Guichet Publié le , mis à jour le

C’est un projet phare du gouvernement : la climatisation à l’eau de mer de l’hôpital de Taaone, le Swac. Surfant sur la vague de l’économie bleue, l’appel d’offres a été lancé. Mais sur les dizaines de sociétés qui ont postulé, l’entreprise Boyer, poids lourd du BTP, a été écartée. Raison invoquée par le Pays : un dossier de candidature incomplet. Il manque trois documents relatifs au sous-traitant.

Comme l'a révélé Radio 1, l'affaire a été portée devant la justice. L’avocat parisien de Boyer, Me Nicolas Ferré, demande la réintégration de son client dans la procédure d’appel d’offres, ou bien l’annulation complète de la procédure.  Pour lui, ces documents manquants ne sont pas nécessaires.

En jeu : un chantier de 2 milliards de Fcfp prévu sur 2019 et 2020. Boyer se présente lui-même comme le meilleur candidat avec un devis à 1 milliard de Fcfp, soit la moitié de la somme budgétisée.

Saisi en urgence, le juge rendra sa décision demain, jeudi. Il dira si oui ou non Boyer peut revenir dans la course au Swac du Taaone.