La piste de Ua Huka réouvre, Ua Pou reste fermée

La piste de Ua Huka
© Lionel Tehaamoana

Air Archipels annonce ce 28 mai que la desserte aérienne pour Ua Huka (Marquises) reprend ce jour, "compte tenu de l'expérience des équipages." En revanche, la piste de Ua Pou reste fermée jusqu'à nouvel ordre.

L. G, I. T Publié le , mis à jour le

Depuis mi-mai, les pistes des aérodromes de Ua Huka et Ua Pou étaient fermées, pour des raisons de sécurité, entraînant un isolement de fait pour les habitants des Marquises.
S'il n'y a pas "d'écart majeur", Air Archipels précise que deux rapports d'audit réalisés en janvier 2019 pointent cependant "que toutes les conditions ne sont pas réunies pour opérer en toute sécurité un twin otter".

Le 27 mai, le gouvernement a demandé à Air Tahiti et sa filiale Air Archipels opérant les vols en twin otter vers les Marquises, de reprendre "sans délai" les rotations aériennes, les pistes "ne présentant pas de risques majeurs".

Réponse en demie-teinte donc d'Air Tahiti ce 28 mai, puisque la piste de l'aérodrome de Ua Huka réouvre ce jour, mais pas celle de Ua Pou. Pour Ua Huka, le Service d'Etat de l'Aviation Civile a estimé que "compte tenu de l'expérience des équipages sur le terrain, les vols pouvaient reprendre dès à présent". En revanche, en cas de mauvais temps, les rotations seront de nouveau suspendues.

En revanche, concernant Ua Pou, le rapport d'audit remet en question la résistance de la piste au-dessus de la buse d'évacuation pour des opérations en twin otter. Air Archipels "reste dans l'attente de la confirmation par la Direction de l'Aviation Civile de la mise en oeuvre des solutions appropriées, qui permettraient la reprise des vols en toute sécurité."
"Une solution provisoire d'urgence est de combler la canalisation de la buse pour éviter les risques d'effondrement, précise Georges Puchon, directeur de l'Aviation Civile. Quand bien même nous savons qu'il n'y a pas de risque puisqu'un test a été effectué par les labos TP sur la solidité de la buse, c'est une précaution."

"Cet arrêt pénalise la vie des Marquisiens, regrette le maire de Ua Pou, Joseph Kaiha. Pour les évasans, pour la vie, pour le développement touristique...on a l'impression qu'aujourd'hui on revient en arrière. Je pense que l'accident aérien qui s'est produit à Moorea a pesé dans la décision du directeur général d'Air Tahiti. Il ne faut pas prendre des décisions comme ça, immédiates, un beau matin, sans prévenir à l'avance."

Joseph Kaiha, maire de Ua Pou

Joseph Kaiha, maire de Ua Pou