Lenteur d'internet dans les îles : le ras-le-bol se transforme en pétition

Lenteur d'internet dans les îles : le ras-le-bol se transforme en pétition
© DR

Une pétition adressée au président du Pays circule pour que les habitants des archipels ne soient plus considérés comme des citoyens de seconde zone, en particulier en matière d'internet. A titre de  comparaison, le débit de la 3G à Tahiti "serait 10 fois supérieur à celui de l'ADSL" dans les îles.

E.Tang/internaute Publié le , mis à jour le

Ils en ont assez d'un internet payé au prix fort et qui marche mal dans les îles. Des internautes s'indignent contre cette situation et le font savoir en signant une pétition adressée au président du Pays qui dénonce la différence de traitement entre les habitants des archipels éloignés et ceux de la Société :


"Monsieur le président de la Polynésie française : Nous voulons les mêmes droits pour les archipels éloignés.

Pourquoi c'est important
Nous demandons à ce que les habitants des archipels éloignés de Polynésie Française, soient reconnus et traités de la même manière que les habitants des îles de l'archipel de la Société.
Nous sommes depuis des années considérés comme des habitants de seconde zone, et nous n'avons pas les mêmes droits que le reste des îles polynésiennes en matière de santé, de sécurité en général, de sécurité routière, de communications, de technologie et de transports.
Et pourtant, nous payons les mêmes impôts que l'archipel de la Société.
Nous ne sommes pas égalitaires en matière d'urgence médicale et nous n'avons donc pas les mêmes chances de survie que le reste de la Polynésie.
Nous avons les mêmes tarifs pour les transports, les communications, internet, mais pas du tout les mêmes services.Pour exemple, la qualité du service internet mobile de Tahiti (3G) est 10 fois supérieur à notre qualité d'internet par ADSL (quand nous sommes dans une île qui en dispose...).
Et le pire, notre non-égalité face aux urgences et à nos chances de survie. Encore récemment, une jeune femme des Marquises n'a pu être sauvée faute de moyens minimum pour être évassanée d'urgence. Et ce n'est qu'une parmi trop de vies qui auraient pu être sauvées, si justement la vie des habitants des archipels éloignés avait le même prix que celle des habitants de l'archipel de la Société."

Si vous souhaitez signer, cliquez sur le lien de la pétition en ligne.


Auparavant, un internaute avait déjà relayé sur sa page Facebook le ras-le-bol d'un collectif d'usagers :