La guerre des pharmacies de Papara

pharmacie papara
© Polynésie 1ère

La 2ème pharmacie de la commune de Papara a du fermer ses portes mercredi 19 avril 2017. Le Pays avait autorisé l'ouverture de cette officine, à titre dérogatoire, mais la première pharmacie avait déposé un recours : elle a obtenu gain de cause pour la 2ème fois.

Nicolas Suire / Polynésie 1ère Publié le , mis à jour le

La pharmacie de Taharuu a fermé mercredi 19 avril 2017, suite à une décision de justice. La deuxième pharmacie de Papara a existé moins de deux ans.

La première officine de la commune a porté plainte au motif que le numérus clausus, le nombre minimum d’habitant nécessaire pour l’installation d’une nouvelle pharmacie, n’était pas atteint. Le texte qui régit l’installation des officines en Polynésie prévoit que : "dans les communes et dans les îles d’une population inférieure à 7 000 habitants, il ne peut être délivré plus d’une licence d’officine de pharmacie". En France métropolitaine, "une seconde pharmacie peut être implantée dans une commune qui compte plus de 7 000 habitants". Au dernier recensement (2015), la commune de Papara enregistrait 11 390 habitants.

La pharmacie de Taharuu rétorque en montrant une dérogation, à l’instar du tiers des 26 pharmacies de Polynésie française. Ses propriétaires ont organisé une conférence de presse vendredi 21 avril pour plaider leur cause. Ils n’abandonnent pas leur pharmacie puisque le tribunal administratif leur propose de refaire une demande en précisant qu'ils ont désormais une officine qui emploie 6 salariés.


Jean Lutringer est interviewé par Nicolas Suire :


Frédéric Haddad a l'appui du Conseil de l'Ordre des Pharmaciens. La justice a tranché plusieurs fois en sa faveur.

Nicolas Suire l'a rencontré :



Le fond de cette histoire ? Frédéric Haddad était associé à la mère de Jean Lutringer dans la première pharmacie. Trois ans après lui avoir racheté ses parts, le fils de son ex associée s'installe à proximité...


Jean Lutringer va faire une nouvelle demande de dérogation. En attendant, il fait circuler une pétition qui a déjà recueilli 1 900 signatures.