Grève générale : pas de négociations avec le gouvernement

Série de grève sur le fenua - 23/11/2017
© Polynésie 1ère

La semaine dernière, l’intersyndicale (CSTP FO, CSIP, Otahi, O Oe To Oe Rima et COSAC) a déposé un préavis de grève pour le jeudi 15 février 2018. Le gouvernement n’a toujours pas répondu.

M.D ; Polynésie 1ère Publié le , mis à jour le

Ce préavis de grève contient 12 points de revendication dont le principal concerne le retrait de la loi de Pays sur la réforme des retraites. Un volet de la protection sociale généralisée (PSG) qui divise depuis plusieurs mois voire plusieurs années déjà. La preuve en est, le syndicat A Ti’a I Mua n’a pas signé ce préavis de grève. Les patrons (Medef et CPME) ont également publié un communiqué pour « exprimer leur perplexité » et se désolidariser de cet appel à la grève générale.

La grève générale du 15 février est maintenue

Selon Angelo Frebault, secrétaire général de la CSTP FO, l’intersyndicale n’a reçu aucune réponse du gouvernement depuis le dépôt du préavis de grève. Des négociations peuvent encore être ouvertes pour trouver un compromis et espérer ainsi lever le préavis avant jeudi, mais pour l’heure, aucun contact n’a été établi. Ecoutez Angelo Frebault, qui accuse le gouvernement de « mener une politique de l’autruche ».

Angelo Frebault Grève Générale 15 février 2018


L’intersyndicale espère une participation à hauteur de 5000 grévistes, ce qui mettrait une pression populaire sur le gouvernement, qui serait ainsi obligé de revoir ses plans concernant les points de revendication et surtout cette réforme des retraites. Le mouvement de grève générale doit se tenir en même temps qu’une séance à l’Assemblée de la Polynésie Française. Les grévistes sont appelés à se réunir à partir de 7 heures, place Tarahoi.

 

L'actu en vidéo

Polémique autour du tourisme en Nouvelle-Calédonie