Le coup d'envoi de la compétition va être donné ce samedi 8 septembre au matin au Portugal, donc ce vendredi soir en Polynésie française. Pendant deux jours, les compétiteurs polynésiens affronteront les meilleurs pêcheurs sous-marins du monde, lors de deux sessions de cinq heures.

"Sans faire preuve de confiance ostentatoire, notre sélection aborde très sereinement cette compétition", indique Rahiti Buchin, vice-président de la fédération tahitienne des sports subaquatiques.

"Nos athlètes se sont investis sur tous les plans pour réussir au mieux ce mondial", précise le capitaine et président de la fédération, Romuald Montagnon. Il ajoute qu'"exceptionnellement, la zone est poissonneuse contrairement aux derniers championnats où la moitié des compétiteurs sont rentrés chez eux sans faire de poisson. Nos pêcheurs ont l’habitude d’être mobile et je pense que ce sera un facteur déterminant durant cette compétition. On reste néanmoins conscient que tout peut arriver, le poisson peut disparaître comme cela est déjà arrivé et mettre à l’eau tous nos espoirs".