Annick Girardin bientôt au fenua

Annick Girardin, ministre des outre-mer
© Polynésie Première

La ministre des Outre-mers arrivera à Tahiti le jeudi 28 février. Annick Girardin restera trois jours en Polynésie avant de repartir pour Wallis-et-Futuna. En attendant son arrivée, elle était à Paris, ce jeudi 21 février, au Muséum National d'Histoire Naturelle pour une journée des Outre-mers. 

Polynésie la 1ère, Karine Zabulon, Marie-Christine Depaepe Publié le , mis à jour le

La ministre des Outre-mer est attendue la semaine prochaine à Papeete. Annick Girardin arrivera jeudi 28 février. La ministre des Outre-mers va représenter la France en tant qu’Etat membre de l’Union européenne au forum de dialogue entre l’Union européenne et les pays et territoires d'Outre-mer (PTOM).

Ce Forum se tiendra au lendemain de son arrivée, le vendredi 1er mars, dans un grand hôtel de la côte Ouest. Il sera précédé par la 17ème conférence ministérielle de l’OCTA, l’association des PTOM présidée depuis un an maintenant par la Polynésie française. La réunion va rassembler les chefs des 25 collectivités ultramarines associées à l’Europe. Annick Girardin s’envolera le 2 mars de Papeete pour Wallis-et-Futuna. Sa dernière visite en Polynésie française remonte au mois de janvier 2018.


La ministre au Muséum National d'Histoire Naturelle


En attendant son arrivée, Annick Girardin s'est rendue au Muséum National d'Histoire Naturelle, ce jeudi 21 février. Pour la première fois de son histoire, l’établissement a consacré toute une journée aux travaux qu’il mène dans les Outre-mer. Ces travaux sont principalement axés sur la préservation, la recherche et la formation. Sur place, les scientifiques ont partagé leurs expériences et leur expertise en présence de la ministre des Outre-Mer. Une ministre qui a salué l’initiative, affirmant que l’Outre-mer méritait cette attention. 
 

Interview


Annick Girardin a par ailleurs estimé que les travaux du Muséum cadraient parfaitement avec les objectifs de développement durable retenus pour les territoires ultramarins. Des objectifs visés dans ce que l’on a baptisé «Trajectoire 5.0 ». 
 

Interview