Paul Meilhat est arrivé à Papeete

paul meilhat
© Polynésie 1ère

Victime d'une avarie le 20 décembre dernier alors qu'il pointait en 3ème position du "Vendée Globe Challenge", Paul Meilhat vient d'arriver à Papeete.

polynesie1ere.fr Publié le , mis à jour le

Une douzaine de bateaux suiveurs sont venus accueillir le navigateur français. De Punaauia jusqu'à Papeete, les Polynésiens ont suivi le SMA de Paul Meilhat.

paul meilhat
© Polynésie 1ère


Le voilier Trésors de Tahiti, qui a participé au Tour de France à la voile, était aussi de la partie pour cette arrivée ...


Cet accueil est un soutien et une aide pour le navigateur de 34 ans qui, la mort dans l'âme, a dû abandonner le Vendée globe challenge, course autour du monde en solitaire sans escale et sans assistance, suite à grave avarie de la quille de son navire. Il occupait alors la troisième place du derrière le français Armel Le Cleach et le gallois Axel Thomson qui ont d'ores et déja franchi le cap Horn et entrepris la remontée de l'Atlantique vers les Sables d'Olonne.

paul meilhat
© Polynésie 1ère

Comme le veut la tradition, un groupe de danse est aussi venu accueillir Paul Meilhat, et son navire. C'est à bord de la pirogue à voile Fa'afaite que les danseurs et musiciens ont souhaité la bienvenue à Paul Meilhat, ainsi qu'à son équipe arrivée de France lundi soir.


Après l'accueil en mer, l'accueil sur terre :


Lundi 26 décembre, le gardian de l'escadrille 25 F basé à Faa'a a survolé le monocoque baptisé SMA, qui était alors à l'Est de Raivavae. L'équipage de l'aéronef s'est assuré que tout allait bien à bord en dépit d'une quille bloquée rendant difficile toutes manoeuvres, particulièrement dans une mer formée.

SMA / Gardian
© Polynésie 1ère


Finalement Paul Meilhat et son Imoca de 60 pieds naviguant à 14 noeuds sont arrivés à bon port. Le navigateur devrait entreprendre les réparations du navire à Papeete.

SMA PAul Meilhat
© Polynésie 1ère

Qui est Paul Meilhat ?

Le jeune homme est souriant, relativement discret et éminemment sympathique. Ceci vaut pour le côté terre, car en mer c'est une autre histoire : Paul Meilhat ne lâche jamais rien et navigue très souvent devant. Ce Brestois d'adoption est un jeune marin redoutable, au niveau des tous meilleurs avec qui il s'entraine à Port La Forêt. Paul Meilhat vient de la voile légère et des séries olympiques, notamment du Laser et du très exigeant 49er. Un passé de pur régatier, donc, qu’il a su faire fructifier au large en passant par la case Figaro Bénéteau.

Il fait son apparition dans le circuit en 2008 en participant à la Cap Istanbul avec trois sous en poche et une farouche envie de faire son chemin dans cette discipline. Il s’entraîne dur, vit chichement, parvient à convaincre un petit partenaire… L’année d’après, il se fait remarquer sur la Solitaire avec une place de deuxième bizuth et des étapes souvent courues aux avant-postes. En très peu de temps, Paul est passé du monotype de 10 mètres au 60 pieds open. Aujourd’hui, pour sa préparation, il bénéficie de toute l'expérience du double vainqueur Michel Desjoyeaux et de l’écurie Mer Agitée. Les deux hommes ont énormément travaillé et navigué ensemble. Le bateau, SMA, n'est autre que celui utilisé par un autre jeune blond plein de talent, François Gabart, pour battre le record du Vendée Globe lors de la dernière édition. Si la même méthode donne le même résultat…

Pour l'anecdote, "Paulo" connait une bordée de chansons de marins qu'il faudra lui réclamer les soirs de victoire. Son sens de l'humour n'est pas la dernière de ses armes mais encore une fois il ne faut pas s’y fier. Quand en 2014 il remporte la Transat AG2R (avec Gwénolé Gahinet), il frappe un grand coup et confirme aussitôt avec une 5e place remarquée sur la Solitaire du Figaro. SMA l'a choisi pour porter haut ses couleurs lui donnant les moyens de ses ambitions, en IMOCA cette fois, en lui confiant la barre du « bateau d’occasion » le plus convoité de tous.

Ce sera son premier tour du monde, certes, mais à l'instar d'un Morgan Lagravière, Paul a toutes les armes pour y jouer les premiers rôles. Voilà un prétendant à surveiller de très près. Sa grave blessure en mer en décembre 2015, sur la Transat St Barth/Port-La-Forêt, n’est plus qu’un mauvais souvenir. Paul hélitreuillé dans des conditions dantesques, son bateau a été sauvé après avoir dérivé des Açores... jusqu’en Irlande ! Paul Meilhat a depuis rebondi terminant 4e de The Transat puis de la New York - Vendée au printemps 2016. Marin et machine seront au top pour le départ du Vendée Globe.

(source Vendée Globe)