Préavis de grève en cascade, les entreprises se disent prises en otage

Cascade de préavis de grève
© Polynésie 1ère / Gilles hucault | Inquiétude des entreprises sur la cascade de grève prévu ce 4 mai

Un mouvement social de grande ampleur est annoncé par trois syndicats. Ils parlent de déposer 11 000 préavis de grève. Une action dommageable pour les entreprises à l’heure où la crise est toujours présente en Polynésie selon le MEDEF et la CGPME.

Jeanne Peckett-Pouira / Hélène Harte / Gilles Hucault Publié le , mis à jour le

« Nous les comprenons sur le fond, mais nous sommes contre la méthode de protestation », ce sont là les mots des patrons au sujet du mouvement de protestation que comptent mener trois syndicats de salariés. Ils veulent comprendre pourquoi les entreprises sont visées et combien de temps ce mouvement va-t-il durer ?

Cascade de préavis de grève
Selon Olivier Kressmann, président du MEDEF « il faut tendre vers une union sacrée ». Car dans ce dossier les syndicats reprochent au gouvernement un manque de concertation, de dialogue. Pour autant il rappelle que « dire cela c’est oublié qu’en 2015 pendant quatre mois, tous les jeudis après-midi, patrons et syndicats ont été invités à la présidence à plancher sur des travaux de réflexion. Certains syndicats ont considéré que ce n’était pas nécessaire de venir. Aujourd’hui ils expriment le fait de ne pas être entendus ».

Pour le MEDEF, la réforme de la PSG est un sujet suffisamment important pour convenir d’une réunion avec les centrales engagées dans ce mouvement de grève, les patrons et le gouvernement. C’est un vrai dossier de dialogue social qui implique des compromis. Cela veut dire aussi obtenir du gouvernement des réponses notamment sur la fameuse assiette fiscale qui fait débat. 
Christophe Plée rejoint les propos d’Olivier Kressmann. Si le président de la CGPME est d’avis qu’à ce jour rien ne filtre du ministère du budget, il souhaiterait, comme les syndicats de salariés, obtenir des éclairages sur  la question de l’assiette fiscale qui sera concernée par cette réforme. Il souligne que les patentés et les ressortissants du RNS n’ont pas été associés à cette dernière.
Une réunion entre les syndicats de salariés et Edouard Fritch est prévue ce mardi 3 mai. Le président de la Polynésie française rentrera cette nuit après une semaine de déplacement à Apia aux Samoa et Auckland en Nouvelle-Zélande.

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête