Nouvelles elections à Hitia'a o te Ra

Hitiaa o te ra

La décision vient d'être prise par l'État après des investigations  menées par les services du haut-commissariat à Papeete et des ministères de l'Outre-mer et de l'Intérieur, à Paris

Hélène Harte
Publié le , mis à jour le

Pour provoquer ces nouvelles élections générales, Henri Flohr et douze autres élus Tahoeraa avaient démissionné. Ces démissions avaient créé une situation inédite en France. Il n'y a, en effet, plus qu'en Polynésie qu'il existe des communes associées de plus de 1 000 habitants. Face au vide juridique, il fallait faire un choix entre l'article L258 et  une élection complémentaire seulement à Papenoo, ou  l'article L270 avec l’organisation d’élections générales. L'État a  choisi la deuxième option, considérant la commune dans sa globalité. Les électeurs devront donc revoter, dans les trois mois.