Les profanateurs du centre islamique devant la justice

Justice affaire anuanuraro
© POLYNESIE 1ERE | Photo d'archives.

Deux frères risquent un an de prison et cinq millions de francs d’amende pour avoir jeté une tête de porc devant le centre islamique de Tahiti, rue Gauguin, à Papeete.

polynesie1ere Publié le , mis à jour le

Les faits remontent à juin dernier. Deux frères polynésiens, Steeve et James, sont accusés d'avoir souillé l’entrée du centre islamique de Tahiti (CIT), rue Gauguin à Papeete, avec du sang et une tête de porc fendue. Dans la religion musulmane, la consommation de porc est interdite.

Trahis par la plaque d'immatriculation de leur véhicule relevée par des témoins de la scène, les deux quadragénaires ont rapidement été interpellés. Ce mardi 18 novembre, les deux hommes comparaissent au palais justice de Papeete pour « provocation à la haine en raison de l’origine, l’ethnie, la race ou la religion. »

 Le rappel des faits avec Alexandre Le Quéré :

profanation mosquée


Un mangarévien jugé pour viol


Les deux frères ne sont pas les seuls à comparaître devant la justice ce mardi matin. A la cour d’Assises, un quinquagénaire originaire de Mangareva est jugé pour viol sur une étudiante américaine et tentative de viol sur une adolescente de 15 ans.

Le premier dossier remonte à juillet 2012, au large de l'île de Taravai, à Mangareva aux Gambiers. En mission d'étude archéologique sur l'île, une étudiante américaine de 22 ans a vécu l'enfer au paradis. Partie en mer avec son guide mangarévien après que ce dernier lui ait proposé de l'accompagner, seule, sur son bateau pour poser des filets de pêches, la jeune femme ne reviendra que quelques heures plus tard, visiblement, traumatisée. A son retour, elle confiera à ses collègues de la mission avoir été victime de viol de la part du guide. Aussitôt arrêté par la gendarmerie, le quinquagénaire est placé en garde vue. Finalement, il reconnaîtra avoir eu une relation avec la jeune femme tout en minimisant les faits.

Loin d'être au bout de leur peine, les gendarmes ont découvert au cours de l'enquête que l'agresseur présumé était également poursuivi pour tentative de viol sur une adolescente de 15 ans. Ce mardi 18 novembre, l'homme de 50 ans doit répondre de ces faits devant la cour d'Assises.


 

L'actu en vidéo

nuisances sonores, le calvaire des riverains

nuisances sonores, le calvaire des riverains