Les infirmiers libéraux manifestent leur impatience

grogne infirmier
© Polynésie 1ère | Seuls les anciens patients sont toujours suivis. Les nouveaux devront attendre.

Ils en ont assez d’attendre les paiements de la CPS. Pour protester, ils ne prennent plus de nouveaux patients. Le gouvernement leur demande d’être... patients.

Eric Tang
Publié le , mis à jour le

Voilà deux ans qu’ils subissent des retards de paiement de la part de la CPS. Pour eux, trop, c’est trop !
Le syndicat des infirmiers libéraux a donc appelé à un mouvement de protestation. Elle prend la forme d'une grève de soins.
Ils ont décidé de ne plus accepter de nouveaux patients.
 
Mais pour les personnes déjà prises en charge, il n’y aura aucun changement et leurs soins continueront normalement.
 
Jérome Fernandez, le président du syndicat des infirmiers libéraux de Polynésie française n’a pas apprécié, en effet, la dernière sortie médiatique de Manolita Ly.
La ministre de la Solidarité avait déclaré que les infirmiers devaient s’attendre à de nouveaux retards de paiement. Selon Jérôme Fernandez, cela fait déjà deux ans que ces problèmes existent.

La CPS doit rembourser entre 500 000 cfp et 2,5 millions CFP par infirmier. 
Conséquence : ces professionnels ont du mal à boucler les fins de mois, et certains ont déjà mis la clé sous la porte. Notamment, ceux qui travaillent dans les îles.

Jérôme Fernandez répond à Jeanne Phanariotis : 

infirmier en colère